29 novembre 2013

Budgets: La droite de la Ville de Genève précurseur?

En Ville de Genève, UDC, MCG, PLR et PDC refusent le budget 2014 équilibré tel que présenté par le Conseil administratif parce que les investissements ne sont pas couverts à hauteurs de 25 millions. La droite du délibératif, unie, suit un raisonnement clair, exige des économies à hauteur du découvert provoqué par les investissements et s’en expliquera en séance plénière le 14 décembre prochain.

Au canton, tout autre son de cloches (au pluriel !). Le budget 2014 est équilibré tel que le présente le Conseil d’Etat et le MCG, le PLR et PDC le votera. Seule l’UDC le refuse. Les investissements présentent pourtant un non-couvert de 130 millions qui - comme en Ville - ira grossir une dette colossale. L’exposé des motifs du Conseil d’Etat ne fait pourtant pas mystère de cet aspect du budget. Il va même jusqu’à préciser que l’insuffisance de trésorerie provoquera une augmentation de la dette d’un demi-milliard de francs à moyen terme. Et de conclure : « Afin de financer ce niveau d'investissement, relativement élevé par rapport aux décennies précédentes, il serait dès lors nécessaire de présenter un résultat de fonctionnement de plus de 100 millions pour le budget 2014. ». Précisons que le projet de loi sur la gestion administrative  et financière (qui prévoit un montant de la dette maximum avant de bloquer certains investissements) n’est pas encore voté. C’est donc sans cet outil que les partis de droite acceptent le budget 2014 avec un montant des investissements extrêmement élevé, comparable à ceux des années précédentes (de l’ordre de 650 millions).

D’où ma question : En matière budgétaire, la droite du Municipal de la Ville de Genève n’est-elle pas plus crédible que la droite du Parlement cantonal ?

15:58 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.