08 mars 2015

C’est déjà la Pentecôte au PDC

En plein Carême, voilà que le St-Esprit descend avec quelques semaines d’avance sur le PDC. Ainsi donc, le président démocrate-chrétien découvre que l’immigration subie par la Suisse depuis l’entrée en vigueur de la libre-circulation est calamiteuse. Doit-on se pâmer devant cette déclaration pour le moins inattendue? Décidément, les desseins de Dieu sont impénétrables. Comment comprendre autrement le revirement de «valeurs» opéré Christophe Darbellay ?

Je ne suis pas surpris devant cette énième contorsion de la part de ce parti centriste, en totale perte de vitesse et qui ne doit sa présence à tous les échelons qu’à ses talents d’acrobates de la politique. Pour autant, je n’oublie pas toutes ces années passées à supporter sa morale, ses valeurs et ses admonestations dès que l’on évoque l’immigration. Le PDC s’est pincé le nez depuis les années Schwarzenbach, s’opposant à tout virage politique privilégiant les Suisses, avec une constance qu’il faut lui reconnaître : la Suisse doit être « ouverte », que ce soit en matière d’asile ou d’immigration. Affirmer le contraire et le PDC vous taxait au mieux de xénophobe, au pire de raciste. Combien de discours bien-pensants avons-nous supporté le 1er août de la part de tous ces élus PDC, traînant dans la boue celles et ceux qui ne pensaient pas comme eux, à commencer par l’UDC ?

Depuis l'EEE, n'étaient-ils pas tous favorables à l’adhésion de la Suisse à l’Union européenne, tous de chauds partisans de la libre circulation, tous déterminés à signer les conventions de Schengen et de Dublin. Ne nous ont-ils pas promis catastrophe sur catastrophe à chaque votation écornant leurs beaux principes humanistes ?

Alors de ce passé tout chaud, datant d’hier matin, qu’en font-ils à présent que le problème est identifié et dénoncé par le président PDC, que le mot «préférence nationale» est prononcé et précisé : elle «devrait être une évidence» ?

Parler enfin de préférence nationale - pas d’une préférence cantonale qui donne presque bonne conscience! - c’est rappeler que c’est le minimum que nous attendons de notre gouvernement qui a failli à la première de ses missions. Les milieux économiques l’ont admis en début d’année, il est trop facile d’engager des étrangers, ce qui a pour résultat de laisser en rade les Suisses, beaucoup de Suisses. La paix sociale est fragilisée et l'économie n'aime pas cela. C'est au tour du PDC d'ouvrir les yeux. Peut-être. L’après 9 février 2014 commence le 7 mars 2015 pour le PDC. Deo Gratias.

00:48 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Les chrétiens se rendent enfin compte que l'immigration musulmane est beaucoup trop importante.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 08 mars 2015

On ne souhaiterait pas lire sans autre nuance que l'"immigration musulmane est beaucoup trop importante" le problème n'étant pas le fait d'être d'une autre religion mais que le coran n'est pas conforme aux Droits de l'homme, à la Charte des enfants, au statut contemporain des femmes ainsi qu'à la cessation des châtiments corporels ainsi que l'abolition de la peine capitale.

Il est justifiable que la Suisse commence par donner du travail aux siens et les personnes qui ont vécu la crise du chômage des années quatre-vingt dix savent de quoi elles parlent.

Une image: quelle mère nourrirait de préférence des enfants n'étant pas les siens sans prendre le risque de voir intervenir l'infirmière scolaire voire la Sté de Protection de la Jeunesse?!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 08 mars 2015

" quelle mère nourrirait de préférence des enfants n'étant pas les siens sans prendre le risque de voir intervenir l'infirmière scolaire voire la Sté de Protection de la Jeunesse?!"

Quelle mère ou quel père? Ben celles et ceux qui ne sont ni mère ni père. Suivez mon regard...

Écrit par : Johann | 08 mars 2015

Les commentaires sont fermés.