04 septembre 2015

La Gauche toujours plus déconnectée

Alors que l’Etat vient d’annoncer un déficit de plus de CHF 200 millions dans les comptes 2015 à cause d’une importante baisse des recettes fiscales, la Fondation pour l’expression associative - fondation de droit privé qui regroupe entre autres l’Association des Jeunes Erythréens de Genève, l’Espace Afroaméricain, l’Association des Amis du Mouvement contre le Racisme et pour l'Amitié entre Peuples, etc - a jugé opportun d’en appeler au contribuable pour financer l’agrandissement de la Maison des associations à CHF 16,5 millions et pour régler sa dette de CHF 2,2 millions auprès de la Banque Alternative Suisse.

C’est le lieu de rappeler que cette fondation privée avait déjà obtenu en 2000, du Conseil d’Etat, une subvention unique de 900'000 francs pour la rénovation/transformation de la Maison des associations et une caution de 3,6 millions de francs. Bien que sans ressources propres suffisantes, la FEA a décidé en 2008, de son propre chef, d’agrandir la Maison des associations. Manifestement, ni l’Etat, ni même la Ville de Genève pourtant généreuse en termes de subventions, n’ont considéré que cela était nécessaire et ce, à juste titre.

Aujourd’hui, la FEA a donc l’outrecuidance de demander au contribuable de payer la facture !

Et pour quelles prestations ? Il ne s’agit pas de logement, d’emploi ou de formation, ni même d’aide aux migrants, mais de « promouvoir des échanges interculturels, faire connaître les activités des associations, « encourager et soutenir la réalisation de projets socio-politiques » ou encore « soulever et proposer des solutions aux problématiques de notre époque ».

Ainsi, pour « résoudre les problématiques de notre époque », la FEA lance une campagne de récolte de dons publics à fonds perdus et considère que c’est « un bon investissement ».

Mais qui sont donc les irresponsables ? Pour Mme Olga Baranova, conseillère municipale socialiste en Ville de Genève, ce sont ceux qui considèrent que le logement, l’emploi et la sécurité ne sont pas prioritaires face au « véritable essaim à production et diffusion d’humanité » qu’est le monde associatif. Ne pas penser de la sorte constituerait selon elle un « profond mépris pour l’essence-même de Genève ». Belle déclaration de dédain pour les citoyens qui rament, ceux que la Gauche aime oublier, sauf pour leur porte-monnaie !

Malgré l’intervention « musclée », il y a une dizaine d’années, de David Hiler, Philippe Aegerter et Christian Grobet pour remettre de l’ordre dans les dérives gestionnaires de la Maison des Associations, force est de constater qu’en termes d’argent public, voracité et irresponsabilité sont les piliers de la Gauche.

17:39 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

MAISON DES ASSOCIATIONS
Il y a plus de deux lustres un "groupe d'intervention musclé" formé de David Hiler, Philippe Aegerter et Christian Grobet avait été chargé de mettre de l'ordre dans les dérives gestionnaires de cette maison. Ce fut fait vite, énergiquement et efficacement (les nom précités en sont l'assurance). Suis navré de constater que des problèmes ressurgissent. Les "chauffards associatifs" (gérants de la maison) qui discréditent le travail de ces associations doivent-ils être à nouveau mis sous tutelle ? S'il le faut, envoyons-y des "baillis-es"** aussi déterminés-es que ceux d'il y a plus de 10 ans.
** Mme Christiane Favre, M. Bernard Clerc, M. Mauris et pourquoi pas encore une fois fois M.Aegerter (qui connaît bien la maison) feraient d'excellents baillis.

Écrit par : Pierre Losio | 04 septembre 2015

Les commentaires sont fermés.