25 janvier 2016

Ville de Genève : la droite élargie déjà larguée?

En décembre dernier, lors du débat budgétaire 2016, la droite élargie PDC-PLR-MCG-UDC a imposé « son » budget réduisant quelque peu les dépenses de la Ville de Genève. La gauche a mal vécu ce vote : deux référendums ont été déposés. Parmi les coupes contestées, la réduction des fonds généraux destinés à la culture a été prise comme un véritable crime de lèse-majesté. Durant tout le débat, le PDC a été la cible principal de l’Alternative et de l’extrême-gauche, dénonçant à qui mieux-mieux le dangereux rapprochement du parti centriste avec la droite, l’extrême-droite voire même l’ultra-droite. Le PDC n’a pas tremblé, sachant qu’au final il récoltait le vote des partis de droite pour revoir à la baisse les tarifs des places en crèche. Un dossier qui figure dans une lettre du 1er juin 2015 adressée par ces mêmes partis de droite au conseil administratif. Jusqu’au budget, la droite du municipal a été conséquente avec le programme tel qu’annoncé.

Aujourd’hui, le PDC revient sur la coupe concernant les fonds généraux et demande un audit pour, selon les résultats, revenir sur le vote budgétaire. A la lecture d’un article signé par Anna Vaucher (voir La Tribune du 23 janvier), le PLR et le MCG suivraient la démarche du PDC. Pour moi, à titre personnel, il n’en est pas question.

Revenir sur une décision de cette importance (-700’000F), c’est admettre l’amateurisme des propositions de la droite. Ainsi, selon le résultat d’un audit fait par un service de M. Kanaan sur les fonds généraux mis à disposition de ce même M. Kanaan, trois partis sur quatre reviendraient sur leur décision. Il y aurait donc eu erreur d’appréciation. La droite n’a pas compris que l’entier de la somme dévolue aux fonds généraux est nécessaire. Elle coupe, elle coupe, la droite, sans être certaine de ses choix. Pareil tête-à-queue politique prouve que notre attelage ne tient pas la route. La confiance disait Marcel Pagnol, c’est comme les allumettes qui ne servent qu’une fois. Les budgets 2017, 2018 et 2019 sont-ils déjà joués ?

Plutôt qu’un simple audit intra-départemental, je propose que la Cour des comptes mette son nez dans ces fonds généraux – et même dans tout le département de la culture - et analyse la pertinence des dépenses. Voilà qui aurait l’avantage d’éclaircir les débats budgétaires, loin des cris hystériques des milieux culturels.

De plus, un vote est prévu (vraisemblablement en juin) suite aux référendums déposés contre les coupes budgétaires. Il permettra à la population d’exprimer son opinion. Comment se positionneront le PDC, le PLR et le MCG alors qu’ils annoncent ce week-end être prêts à revoir leur position sur l’un des deux référendums déposés? Je constate avec tristesse que cette posture tarabiscotée s’annonce d’ores et déjà catastrophique pour l'union des partis de droite. Sérieux s’abstenir.

07:42 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

M. Bertinat,
Votre étonnement est surprenant. Vous vous faites manipuler par une presse peu scrupuleuse de la réalité des faits. Le PDC a annoncé lors du débat sur le budget le 15 décembre dernier qu'il votait 90% des fonds généraux pour la culture et qu'il était disposé à voter un crédit complémentaire correspondant aux 10% restants dans le courant de l'année 2016 à condition que soit mené un audit de ces fonds. Nous vous renvoyons à notre communiqué du 15 décembre (http://geneve.pdc-ge.ch/budget-2016-vote-une-grande-victoire-pour-les-familles/). A l'issue du vote, et vous étiez vous-même physiquement présent, le mardi matin 15 décembre, le magistrat Sami Kanaan a annoncé qu'il avait compris le message de la majorité du conseil municipal et qu'il allait entamer les démarches pour évaluer ces fonds. Il n'y a pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre! Le PDC exige que notre commune propose des prestations de qualité qui répondent à des objectifs définis. Un audit permet de les évaluer. Le PDC est cohérent dans ses choix.
Lionel Ricou
Chef du groupe PDC Ville de Genève

Écrit par : Lionel Ricou | 25 janvier 2016

Les commentaires sont fermés.