21 juin 2016

Ville de Genève : Un plan directeur des sports, enfin !  

 

Non, ce n’est pas une pub du PDC ! Malgré sa couverture orange, le plan directeur des sports pour la Ville de Genève est bien celui initié par le magistrat responsable des sports sur notre grande et belle commune, Sami Kanaan. Sur une vingtaine de pages, s’étalent les perspectives 2016-2020 qu’imaginent le Service des sports, fort de 174 employés et d’un budget de 50 millions.

Avant d’en arriver là, il y a lieu de rappeler que trois études, publiées en 2014, ont permis de prendre la mesure du problème, parce que problème il y a. Il faut améliorer la communication, valoriser les infrastructures sportives considérées à juste titre comme vieillissantes et inadéquates et prendre en considération l’évolution des sports pratiqués. Mais aussi tenir compte du fait que l’activité sportive varie en fonction de la formation, du revenu ou de la nationalité.

Fort de ces constats, Sami Kanaan nous fait part des perspectives élaborées par le département de la culture et des sports. Et là, on a l’impression d’être au pied d’une montagne. Entre la politique de la diversité, l’organisation de manifestations locales, régionales et internationales (pas un mot sur la motion de l’Entente, du MCG et de l’UDC pour obtenir une étape du Tour de France) et les projets de centres sportifs polyvalents (pas un mot sur la demande de l’UDC d’un deuxième bassin olympique), la liste de projets prioritaires et autres plans d’action sont autant d’itinéraires qu’il faudra tenter de suivre.

On retiendra l’idée d’une ou de plusieurs Maisons du sport, d’une nouvelle patinoire saisonnière au cœur de Genève (accessoirement d’une collaboration avec le canton pour le projet pilote de patinoire du Trèfle-Blanc), des futures installations sportives de la Gare des Eaux-Vives, de Vernier-sur-Genève, et du Bout-du-Monde.

Ces nouvelles installations sont prévues au plan financier d’investissement (PFI). Donc, semble-t-il, rien d’irréaliste dans la réalisation de ces projets. Tant mieux ! Avec, en prime, l’idée d’un Fonds d’investissement pour les infrastructures sportives régionales d’importance stratégique pour trouver des partenaires hors commune, ceux-ci étant nombreux à utiliser les équipements de la Ville de Genève. Toutefois se pose la question d’un doublon avec le Fonds intercommunal de l’association des communes genevoises.

Mais aussi, dans ce plan directeur, nous relevons bien peu de renseignements sur le développement même du Service des sports. En termes d’augmentation du personnel ou du budget lui-même qui sera impacté par le développement de tous ces projets. Ce plan directeur des sports donne l’impression d’une urgence enfin admise, mais sans plus de moyens financiers. Pour ce faire, il faudra donc initier un processus de réorganisation interne, fixer des priorités et mettre en place des dispositifs plus efficients. Ce sont des recettes souvent entendues, dont les résultats sont tout aussi souvent décevants.

Construire des nouvelles installations inscrites au PFI, voilà qui semble raisonnable. Sami Kanaan veut faire mieux, beaucoup mieux, avec les moyens du bord. L’UDC le soutiendra mais n’en surveillera pas moins les nombreuses étapes qui jalonnent ce plan directeur des sports qui s’étale jusqu’à 2020, année des élections municipales. Une année sportive par excellence.

12:03 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.