31 décembre 2017

Allez, on le ferme, ce sacré bouquin 2017 !

Pour le secrétaire général de l'UDC-Genève que je suis, 2017 fut une année presque exclusivement dédiée à la préparation les élections 2018, 12 mois pour ajuster minutieusement la mécanique qui tournera à plein régime pour la campagne électorale, 365 jours riches en événements et encore plus riches en enseignements. Avec, pour pimenter l’exercice, la mise en perspective des élections 2018 avec les élections nationales (2019) puis les municipales (2020). Une question de dynamisme, un élan à prendre, un investissement à rentabiliser.

Riches en événements

2017, année préparatoire. C'est elle qui profile les quelques mois que dure la campagne électorale, qui décide de la thématique et de la plateforme électorale 2018-2023 que défendront nos candidats puis nos élus, que nous retrouverons sur nos affiches, que nous évoquerons sur nos stands et qui vous décideront à signer nos initiatives. 

Pour parvenir à construire cette mécanique, il faut un agenda solide. Voir bien au-delà des jours, des semaines pour éviter les mauvaises surprises et pour obtenir une planification parfaite. L'agenda de notre section UDC a été particulièrement soigné durant ces douze mois. Damne, l’année qui précède trois élections en trois ans est aussi - si ce n’est plus - importante que toutes les campagnes elles-mêmes !

Aussi, assemblées générales, assemblées des délégués, cercles de réflexions et formations ne furent pas de trop pour réfléchir sur notre programme politique. Les deux séances consacrées aux Assises de l’UDC (mai puis juin) furent essentielles dans notre préparation électorale. Le thème de la démesure fut très majoritairement retenu. Il faisait suite à notre désappointement face aux refus fédéral et cantonal de mettre en pratique notre initiative contre l’immigration de masse et l'introduction urgente des quotas pour Genève.

Notre politique de maîtrise de l'immigration est évidemment à l'opposé du Plan Directeur Cantonal 2030 qui est articulé sur un chiffre clé : accueillir 100'000 personnes de plus à Genève d'ici 2030, soit une population totale de 600'000 personnes.

La démesure sera pour l'UDC l’élément fédérateur de notre combat contre le développement tout azimut de notre canton. La construction impétueuse de logements et d'infrastructures pour notre canton, la dette qui ne cesse d'augmenter, les effectifs disproportionné de l’Etat et sa caisse de pension incroyablement coûteuse, le chômage genevois le plus élevé de Suisse, le passage des 100’000 permis de travail accordés aux « frontaliers » qui trouvent un emploi à Genève alors que 12'000 chômeurs recherchent du travail et que sont comptabilisés 15'743 demandeurs d'emplois et que 13'000 dossiers sont traités par l'Hospice Général. Et la circulation que l'on ose plus appelé "mobilité", entravée par de multiples chantiers qui encombrent les routes et traînent leur spleen pendant que les travailleurs perdent temps et argents, des nuisances sonores et de la pollution qui affectent la santé des milliers de personnes. La démesure, c'est tout cela. Ce n'est pas assez semble-t'il, puisqu'une majorité d'électeurs continue à soutenir les partis en place. Mais pour combien de temps encore ?

Riche en enseignements

Tout d’abord, il y a parfaite adéquation entre les thèmes retenus et les membres UDC. La base s’est librement exprimée et responsables et élus du parti ont suivi les décisions dans leurs travaux parlementaires. Ensuite, notre agenda chargé n’a pas démotivé nos troupes, bien au contraire. Chaque rencontre a connu une assistance plus importante. Cela peut paraître logique à constater l’augmentation importante de nos membres en 2017. Mais à y regarder de plus près, nous observons que nos nouveaux membres sont beaucoup plus militants que par le passé. Notre message « trois élections en trois ans » a été compris par de nombreux UDC qui se préparent non seulement aux élections cantonales mais aussi aux suivantes, forts de l’expérience acquise au fil des mois de 2017. La fête de l’Escalade et ses 120 convives ont bouclé la boucle de ces douze mois de labeur pour que les thèmes de l’UDC s’imposent à Genève.

Enfin, tirons un coup de chapeau à notre section jeunes UDC - et à sa nouvelle présidente Virna Conti. Cette section est prometteuse et il faut impérativement que le comité directeur et les élus les entourent pour qu’ils puissent, le jour venu, reprendre le flambeau et le porter plus haut encore que leurs aînés.

C’est l’heure de fermer notre livre "2017" comme on ferme un livre d'une certaine épaisseur contenant 12 chapitres et 365 pages. Dans toute bonne œuvre littéraire, il y a des remerciements à adresser à ceux qui ont participé à sa rédaction et à son succès. Je pense à l’équipe du secrétariat qui a conçu la mise en page, recherchant le détail qui plaît, la couleur qui attire l’attention, la salle communale qui est confortable. Je n’oublie pas non plus les nombreuses entreprises qui nous ont accompagné, éparpillées dans les pages de notre livre "2017".

Allez, on le ferme ce bouquin !

Et on ouvre déjà l’édition de "2018" où s’inscriront campagnes électorales, assemblées des délégués (à Genève le 27 janvier!), assemblées extraordinaires et autres rendez-vous. Et vous serez de plus en plus nombreux.

Il ne me reste plus qu'à vous souhaiter (et à vos familles) la santé, le bonheur, le travail, les sous (il en faut!) et aussi l’amitié et la fidélité à notre parti : l’UDC ! - Eric Bertinat, secrétaire général

09:38 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.