04 mars 2018

Qu’importe les résultats de ce week-end : Zadisme genevois en vue !

Les référendums votés dans les communes ce week-end sont fondateurs d’un véritable mouvement regroupant associations et partis. Une nouvelle prise de conscience se dessine lentement à Genève, à la mine de crayon, dans le tableau politique genevois. Qu’importe le coup de gomme de ce dimanche, il ne contrariera pas la petite foule qui grossit pour s’opposer au surdéveloppement voulu par nos autorités. Le défilé du samedi 24 février est loin d’être anecdotique. Ils étaient 200 personnes. Pour commencer. Les politiciens et journalistes qui prendraient à la légère la grogne des Genevois qui ne partagent pas les visions de grandeur de MM. Maudet et compagnie se trompent. Loin d’être une poignée, ils sont de plus en plus nombreux celles et ceux qui s’opposent à la transformation de leur quartier ou de leur commune pour accueillir toujours plus de monde. Mais ce sujet est nouveau. Il vient s’additionner aux nombreux autres dossiers qui se multiplient sur le bureau du Gd Conseil, ces dossiers que la presse relait quotidiennement au point qu’ils s’avèrent difficile à gérer tant il y en a. On pense aux derniers soubresauts du CEVA ou aux dépassements de la plage des Eaux-Vives dont les évaluations font sourire (13 millions pour les uns, 6 millions pour les autres).

La classe dirigeante doit faire très attention. Les « zadistes » (ZAD = zone à défendre) qui se sont mobilisés à Notre-Dame-des-Landes contre un nouvel aéroport, à Roybon contre une société de loisirs, à Gonesse contre un gigantesque centre commercial ou encore les « hiboux » à Bure dans la Meuse contre une station de d’enfouissement de déchets nucléaires sont à prendre au sérieux. Derrière le folklore et des actions médiatiques, il y a un rejet violent de la consommation et ces différents mouvements, mal structurés, peu nombreux mais dynamiques, ont fait reculer le gouvernement français sur un projet aussi important que l’aéroport du Grand Ouest. Leur combat n’était pas tout mauvais. Les « zadistes » ne sont pas en lutte contre un aéroport, mais contre l’inflation  du transport aérien, symptôme d’une mondialisation hors de contrôle. De quoi trouver une oreille attentive auprès des 31 communes qui ne veulent pas du développement de Genève-Cointrin, tout comme les associations d’habitants proches de l’aéroport ainsi que les Verts et l’UDC.

Alors, au soir de cette votation, celles et ceux qui comme moi défendent un aménagement maîtrisé de notre canton ne peuvent pas être déçus par ces résultats (un référendum sur trois gagné). Le débat ne fait que commencer. A nous de donner le souffle nécessaire à un débat qu’il serait illusoire de croire qu’il n’aura pas lieu. Le plus vite possible.

13:03 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.