Adieu Trèfle-Blanc, bonjour Rolex Arena

Imprimer

Cela n'arrive pas si souvent qu'un magistrat fasse montre de bon sens devant un projet flamboyant : double patinoire au Trèfle-Blanc, intégrée dans un complexe de plus de 300 millions de francs, comprenant bureaux, hôtel, clinique pour le sport, commerces et spectacles. A Genève, l'épopée (non terminée) du Stade de Genève nous a vaccinés. Pour la nouvelle patinoire, les autorités ont préféré cette fois des analyses rigoureuses et prudentes aux grandes promesses et les inaugurations pompeuses. Le citoyen passant comme d'ordinaire à la caisse.

Il faut donc remercier Thierry Apothéloz pour sa décision : il met fin au méga-projet de la patinoire du Trèfle-Blanc, du moins dans sa version canadienne. Depuis des années, nous sommes nombreux à émettre des doutes. D'une part, nous n'avions aucune envie de quitter les Vernets, lieu historique du hockey sur glace à Genève, comme le fut pour le football le regretté Stade des Charmilles.

D'autre part, les Canadiens nous avaient échauffé les oreilles avec leurs promesses, tout comme la direction du club qui s'entêtait avec ce projet. Trop de temps passé à en parler, à nous prendre pour des pives en nous assurant, la main sur le cœur, que c'est un bon projet et qu'il séduirait tout un chacun, à commencer par les autorités, qu'il avançait. Pour avancer, il a avancé : dans la poubelle.

Enfin, Thierry Apothéloz a parfaitement saisi la principale difficulté que tout bon supporter avait repéré depuis longtemps : la patinoire était «reléguée au second plan» dans une opération où prévaut le rendement financier.

Finalement, il y a deux bonnes nouvelles dans cette décision. La décision elle-même et sa conséquence : nous resterons aux Vernets pour quelques années encore.

Et justement, puisque nous y resterons, autant faire les choses complètement. Il faudra nécessairement rénover la patinoire pour être aux normes de la ligue nationale de hockey sur glace. Se pose la question de la construction d'une nouvelle patinoire dans le périmètre des Vernets (par exemple en lieu et place de l'actuel voirie). Offrir aux amateurs de glaces un véritable complexe de glace sur ce site apprécié des sportifs et des supporters.

Sans aucun doute, Sami Kanaan y pense depuis quelque temps déjà. Mais nous ne connaissons rien de sa réflexion, de ses projets. Je déposerai un texte pour la prochaine plénière du Conseil municipal. Il faire rapidement le point avec Rolex (la fondation Wilsdorf) et connaître les solutions qui s'offrent à nous. Je ne peux m'empêcher d'imaginer que Rolex serait opposée à une solution géographiquement proche de ses immeubles, une Rolex Aréna pour notre club préféré. Dans le prolongement de ce magnifique pont que l'entreprise horlogère a subventionné.

Lien permanent 3 commentaires

Commentaires

  • Si le projet du Trèfle Blanc avait compris des logements pour des migrants je parie que ce projet aurait été accepté pas les socialos !

  • Il n'est jamais inutile de regarder ce qui se passe ailleurs. Prenons l'exemple de Malais de nos amis Lausannois.

    La piscine des Vernets aurait aussi besoin d'un lifting, alors pourquoi ne pas coupler la rénovation/reconstruction de la patinoire et de la piscine (avec un plongeon 10M intérieur), et obtenir un financement fédéral via les fonds CISIN.
    Ainsi, nous pourrions enfin organiser des évènements digne de la renommée de Genève.

    Nos amis Lausannois ont tout compris, et ils ont pris 10ans d'avance sur nous. Une fois de plus.

  • Cher jacphil, je présume que vous faisiez allusion au centre sportif de Malley à Lausanne plutôt que Malais.

Les commentaires sont fermés.