L’UDC et les autres partis

Imprimer

Ces derniers jours, l’actualité bien qu’estivale, presque somnolente, n’en est pas moins riche d’enseignements. Deux événements, quoi que différents, s’imbriquent dans une même logique : il y a un fossé qui n’est pas près de se combler entre l’UDC et les autres partis. Un clivage historique, presqu’à la française, entre la gauche et la droite bourgeoise (guère différentes dans ses valeurs modernes) et une droite populaire qui attend du gouvernement qu’il défende prioritairement sa population et se montre prudent dans ses engagements en matière de politique extérieure. Or, depuis l’après-guerre, c’est l’inverse que se passe, renversant un ordre ancien pour y substituer un ordre nouveau, mondialiste, véritable contre-pied d’une société chrétienne, ordonnée, cultivée et identitaire.

Mais revenons à nos deux événements. Le premier est le résultat d’une récente étude de l’Institut de droit des religions de l’Université de Fribourg. Elle nous apprend que les élus UDC sont bien seuls à s’opposer à l’islamisation de la Suisse. Voilà qui ne surprendra pas la population suisse qui a voté l’interdiction des minarets puis, à Genève, a soutenu une vague loi sur la laïcité qui masquait en fait une interdiction du voile, donc la manifestation publique de l’islam dans nos administrations et nos parlements. Si là n’est pas la surprise, elle l’est, ou devrait l’être, dans l’apathie des autres partis, de gauche comme de droite, devant une religion à problèmes, difficile voire impossible à intégrer dans le moule occidental mais que la majorité des partis préfèrent ignorer.

Deuxième événement qui, lui aussi, ne surprend pas : l’absence de réaction à la suite du jugement proprement scandaleux du Tribunal fédéral contraignant les banques suisses de fournir des données de clients à des États étrangers même si ces derniers ne peuvent pas avancer de soupçons fondés. Les conséquences sont terribles aussi bien pour les clients étrangers que pour les banques suisses. Les voila soumises à la vindicte d’Etats étrangers. L’ordre nouveau poursuit sa mise en place avec l’assentiment de nos propres autorités. Il n’est donc pas étonnant de constater le bruyant silence de la gauche et de la droite, tout comme il n’est pas surprenant d’observer l’UDC être le seul parti à s’y opposer. De quoi réfléchir avant de mettre son bulletin dans l’urne lors des élections nationales du 20 octobre prochain.

Lien permanent 0 commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel