Les inquiétudes syndicales confirmées par la CJUE

Imprimer

La dépêche de la rts a de quoi laisser songeur. Elle nous apprend que la Cour de justice européenne (CJUE) a rejeté les critiques des syndicats suisses. Comme ça ? Sans que personne ne recourt à son jugement ? Koen Lenaerts, président de la CJUE, juge la défense des mesures d’accompagnement qui doivent servir à lutter contre le dumping salarial né de la libre circulation comme étant du «protectionnisme». Et d’aller beaucoup plus loin que la simple critique : certaines de ces mesures d’accompagnement pourraient être déclarées comme illégales par la CJUE.

Cette curieuse prise de position des instances judiciaires de l’UE va sans doute plomber encore un peu plus le débat sur l’accord-cadre entre la Suisse et l’UE. Sauf à jouer les carpettes, les syndicats sont confronter et même conforter dans leurs critiques d’une Union européenne mondialiste, opposée à toute mesure de protection du marché du travail.

En signant cet accord-cadre qui, rappelons-le, nous mets sous domination juridique de l’UE, la Suisse accepte de renoncer à toute mesure de protection pour l’emploi local. Pour les Genevois, confronté à la concurrence de 110'000 permis frontaliers, c’est l’assurance d’avoir la justice européenne sur le dos à chaque litige lié à l’emploi. C’est l’assurance de mettre aux oubliettes la préférence cantonale.

Avec l’accord-cadre, la Suisse sera bel et bien dans le grand marché européen. L’UDC l’affirme avec véhémence depuis longtemps. Les syndicats s’interrogent, ils ont aujourd’hui la réponse à leurs interrogations.

Lien permanent 3 commentaires

Commentaires

  • L'Europe ultra-libérale, avec ses frontières abolies et ses libre-circulations, est destructrice des peuples, délétère, assassine. Nous n'avons que faire de cet accord décadré négocié par des traîtres à la Patrie! Jetons-le aux orties! Pourquoi les autorités sont-elles si gênées à son sujet? Car elles ne savent pas jusqu'où aller dans la veulerie avant que le Souverain ne se révolte. Non, réintroduire les frontières, supprimer les libre-circulations (et les migrants au passage), se retrouver entre nous permettra aux Suisses de vivre, et non de survivre! Et si l'UE nous cherche plus de poux que maintenant, envoyons-la se faire voir, et faisons alliance avec la GB et le reste du monde! Perspective palpitante, non? La fameuse "économie d'exportation" à laquelle il faudrait sacrifier tout le pays est d'ailleurs essentiellement en mains étrangères... Bien à vous, JLD

  • Voilà des nouvelles importantes qui ne sont pas rapportées dans nos principaux journaux. Merci pour ce message.
    Quant aux syndicats, j'ai des doutes qu'ils s'interrogent. Ils connaissaient déjà la réponse. Ils s'attendaient certainement à ces conclusions récemment rendues par la CHUE.
    Au vu de ses ADN, les syndicats vont rester discrets. Ils obéiront à leurs patrons de gauche qui veulent vraiment vendre l'ouverture de tous les marchés y compris de la main-d’œuvre. Pourvu que ces derniers figurent aux côtés des leurs- européens et européistes - et qu'ils y acquièrent une visibilité internationale. L'entre à l'international est plus fort. "Il n'est pas populiste"

    Quant à ressentir de l'enthousiasme comme le suggère notre pré-opinant, je dirais plutôt qu'il serait judicieux de rejoindre les pays non alignés à l'UE pour organiser nos résistances, nos ripostes aux diktats de l'empire qui se sont montrés aberrants et contre productifs pour tous: on s'attend à une UE vraiment ouverte et disponible. Pas à une UE de l'enfermement où les peuples sont sacrifiés sur l'autel du gros capital d'une poignée de funestes spéculateurs.

    Chaque pays devrait avoir le devoir de protéger ses travailleurs autochtones, laissant l'ouverture aux pays immédiatement voisins des opportunité qu'offrent un excédent d'emplois. Le contraire serait provocation belliqueuse et main-mise inacceptable. Une offre n'est pas un dû.

    Il faut un cadre à cette UE. Et ce serait une démocratie directe semblable à la nôtre qu'il lui faudrait.
    Actuellement, son système représentatif ne représente rien d'autre que des capitaux transnationaux sans identité traçable et des fauteuils pour un personnel oublieux des siens. C'est lui, ce système, qu'il doit manier pour la disparition des états... ET des syndicats!!!
    De gouvernants de pays, sont ils devenus de Grands Larbins.

    Avis à cette grande gauche silencieuse de contrition. Elle est le principal obstacle à la souveraineté des peuples!

  • Il est tres clair que les citoyens suisses doivent une bonne fois pour toutes se reveiller et s opposer tres tres fermement a cette bande de criminels en col blanc de l UE , eux qui desirent s abroger tous les pouvoirs qui concernent les peuples , cette sale corporation est vraiment a vomir ! Osons neanmoins esperer qu une plus grande partie de notre population ne desire pas s enclaver dans cet esclavage ....

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel