Pannes de sport

Imprimer

Nous ne pouvons que constater l'incurie croissante des magistrats genevois (communaux compris), tous totalement dépassé par une surdensification qui devient de jour en jour insupportable. Genève se développe trop vite et les infrastructures ne suivent pas. Ce constat est vrai pour toutes les villes suisses, mais par son étroitesse, Genève souffre particulièrement de la surdensification de son territoire.

Nous poursuivons la même politique depuis trente ans, une politique qui n'a guère été mise en perspective avec l'augmentation de la population (en 20 ans, plus de 100'000 personnes se sont installées dans notre canton). Chaque nouveau problème posé ne trouve plus de solution. Pour prendre un autre exemple que la mobilité, prenons celui du sport. Le conseiller d'Etat Thierry Apothéloz a annoncé le report de la construction de la nouvelle patinoire à 2028. Voilà dix ans qu'elle aurait dû être construite. Ce nouveau délai conduira le HC Servette à de difficiles discussions avec la ligue nationale de hockey.

Ce même magistrat, au lendemain de l'échec de la récente votation du Pré-du-Stand, n'a rien à proposer au FC Servette qui a perdra dans cette aventure ses terrains d'entraînement boueux de Balexert. Après les efforts salutaires de ses dirigeants pour permettre à l'équipe de regagner la Super League, les voilà plus mal servis que précédemment. Hockey et football genevois n'ont pas seulement investi dans leur équipe phare, ils ont également investi pour être à la pointe dans la formation de nos jeunes.

Il n'y a pas que les grandes équipes qui sont pénalisées par un développement si mal maîtrisé. Prenons le club de tennis de table Urania-Genève -Sport, l'un des plus grands clubs de tennis de table en Suisse, qui perdra prochainement ses locaux se trouvant dans le bâtiment de la caserne des pompiers de Frontenex. Ses 201 membres, dont de nombreux jeunes, se retrouveront à la rue. Les autorités cantonales comme municipales sont bien en peine de leur trouver des nouveaux locaux. Chaque mètre carré vaut son pesant d'or et devient rare, principalement sur la commune de Genève.

Le sport est l'une des victimes de la démesure du développement de Genève. Nous n'avons plus les moyens aujourd'hui d'assurer la qualité de vie tant vantée ses dernières années tout simplement parce qu'il n'y a plus de place à Genève pour permettre autre chose que de faire du pognon. Sauf à bétonner la campagne. Ce qui arrivera si nous n'y prenons garde.

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.