- Page 3

  • Avortements, l’amère pilule*

    Imprimer

    Avortement, 11e semaine.
    Affiches slovaques, septembre 2007. (voir précisions après les notes)

    Ces dames de feu l’Union suisse pour décriminaliser l’avortement (USPDA)** présentent les dernières statistiques de l’avortement en Suisse et sont visiblement satisfaites des chiffres : « aujourd’hui, la Suisse fait partie des pays où il y a le moins d’IVG ». En comparaison de la Russie (55,3 avortements pour 1000 femmes), la Roumanie (46,8) ou encore la Bulgarie (29,9), notre pays n’affiche « que » 6 interruptions de grossesses volontaires pour 1000 femmes ou 10'084 avortements pour 2006.

     

    Mais y a t-il dans ce résultat de quoi être réjouis ? Certes, depuis 1970, les avortements ont passés de plus de 16'000 par année à 10'000 en 2006. Mais cette diminution, outre le recours massif à la contraception, n’est pas révélatrice d’une réelle baisse. Depuis l’entrée en vigueur de la loi sur l’avortement, les statistiques ne sont non seulement plus comparables, mais aussi elles excluent les étrangères venant avorter dans nos cantons. Pire, s’il se peut, si l’ensemble de la Suisse a vu les avortements diminuer, les cantons dit « restrictifs », essentiellement catholique ont connu une hausse effrayante de cette pratique mortifère. Ainsi en est-il de Fribourg: de 5 avortements en 1980, ceux-ci sont passés à 297 en 2005.

     

    Quoi qu’il en soit, cette pratique barbare n’est pas à l’honneur d’un pays chrétien qui aurait les moyens financiers suffisants pour accueillir même ceux qu’une mère ne veut pas.

     

    _____________________________________

    Notes :

    * Voir l’ouvrage du Dr Ellen Grant sur la nocivité des contraceptifs oraux : « Amère pilule »

    ** Après l’acceptation du régime du délai en votation populaire le 2 juin 2002, l’association a décidé de se dissoudre à la fin 2003. Cependant, Mme Anne-Marie Rey, ancienne co-présidente de l’USPDA, continue de tenir à jour le site de l’association.

     

    Affiche: Des groupes pro-vie rassemblés sous le nom « Pravo Na Zivot » ont financé l'affichage de 500 panneaux publicitaires et placards sur les transports en commun, notamment dans la capitale Bratislava, montrant le résultat d'un avortement à 11 semaines. Après 50 ans de légalisation de l'avortement par le régime communiste, la Slovaquie, qui compte 5 millions d'habitants, totalise actuellement quelque 14.000 avortements par an, et depuis la légalisation on estime à près de 1.37 million le nombre de suppressions volontaires d'enfants à naître.

    Lien permanent Catégories : Politique 4 commentaires
  • MCG : Nous travaillons pour vous ! Nous tenons nos promesses.

    Imprimer
    Cette belle devise figure sur site du MCG. Elle en jette un max ! Mais depuis que j’ai appris qu’Eric Stauffer et ses amis, élus au mois de mars 2007 et entrés en fonction au mois de juin, ont à peine pu patienter quelques semaines avant de proposer une augmentation des jetons de présence au Conseil municipal d’Onex, je me demande si leur devise ne comporte pas une petite faute de frappe. Ne devraient-ils pas écrire: « Nous travaillons pour NOUS ! Nous tenons nos promesses » ?

     


    Lien permanent Catégories : Général 2 commentaires
  • Soirée des parents d'élèves au CO du Foron

    Imprimer
    Comment se faire une idée de l’enseignement obligatoire genevois? Il suffit de participer à une soirée des parents. Au menu de ce soir : le Collège du Foron et sa joyeuse désorganisation qui laissent les parents parqués devant les salles attribuées à plusieurs maîtres enseignants en même temps. C’est toujours mieux qu’à l’ECG Jean Piaget où, l’année dernière, lors de la soirée des parents des premières années, ces derniers ont attendu en vain le maître de classe...

     

    Mais revenons au CO du Foron. Après l’introduction de la maîtresse de classe, les parents posent des questions.

     

    - Quelles sont les objectifs que doivent atteindre les élèves en 8e année, considérant que les notes attribuées restent largement du domaine de l’appréciation de l’enseignant ?

    - Comment se fait-il que certains enseignants n’ont toujours pas fait connaître les notes aux élèves ? Ces derniers (et leurs parents) sont incapables d’apprécier leurs performances dans la branche enseignée ?

    - Pourquoi, en mathématique, l’enseignant n’utilise-t-il pas le manuel officiel ?

     

    Autant de questions, autant de réponses confuses. La palme revient au manuel de mathématique, que les maîtres enseignants n’utilisent plus depuis des années, qui reste malgré tout le manuel officiel et, si nous avons bien compris deux des enseignants interrogés, sera encore le manuel officiel pour quelques années à venir. L'explication donnée laissera plus d’un parent perplexe : il est d’un niveau trop élevé pour les élèves genevois. Ce même manuel est pourtant utilisé dans toutes les écoles publiques romandes !

    Lien permanent Catégories : Politique 15 commentaires
  • Le Chancelier Hensler pousse un peu loin le bouchon

    Imprimer

    C’est un secret de polichinelle dans le microcosme politique : le chancelier Robert Hensler tient mordicus au vote en ligne. Son projet est à bout touchant et un texte de loi modifiant la Constitution doit prochainement passé devant le Grand Conseil. Puis, si ce dernier partage l’enthousiasme du Chancelier, il y aura votation populaire. L’on devine son impatience mais aussi quelques craintes au travers de son texte paru dans les colonnes de la FAO (2 novembre): « Il serait dommage que les élus du peuple bloquent ce débat ».

     

    Si l’on peut comprendre l’angoisse qui étreint le Chancelier, sa démarche est franchement discutable. Son avis n’est pas celui d’un Chef de département – pas de 8e Conseiller d’Etat ! - et la liberté dont il jouit dans les colonnes de la FAO devrait lui inspirer un minimum de prudence lorsqu’il s’exprime.

     

    Le Parlement pourrait très bien renoncer à cet outil moderne pour des raisons sécuritaires ou financières. Il est inutile de s’appesantir sur les finances cantonales mais il reste encore quelques précisions quant à l’utilisation du vote en ligne. Ainsi, si de nombreuses sécurités sont données par le système genevois, l’on reste sur sa faim en observant les contrôles ponctuels qui seront effectués auprès des votants. Par exemple, quel doit être le nombre de contrôles opérés pour le sérieux de l’opération et suite à ceux-ci quel est le seuil d’irrégularités observées qui annulerait un vote ou une élection ?

     

    Le Grand Conseil pourrait choisir de développer les services publics en ligne. Un Français sur deux utilise l’e-administration. Le rapport remis en septembre dernier par Capgemini classe la Suisse parmi les pays européens les plus en retard. Elle côtoie la Slovénie, la Roumanie et le Pologne. Là aussi, en mettant la priorité sur le développement de guichets internet, de substantielles économies seraient faites !

     

    Certes, Genève pourrait être le premier canton à utiliser le vote par internet. A moins que Neuchâtel ou Zurich ne nous volent la vedette. Mais chaque chose en son temps. Et surtout chacun à sa place.

    Lien permanent Catégories : Politique 1 commentaire
  • Et la femme au foyer ?

    Imprimer

    Bérangère Miffon, nouvelle secrétaire adjointe du parti radical genevois, défend avec fougue l’initiative lancée par son parti et demandant un accueil continu des élèves de 7h30 à 18h (La Tribune de Genève du 30 octobre). Pour ce faire, elle utilise l’image de la femme contemporaine s’épanouissant forcément dans son travail et se moque au passage de la femme au foyer: «Monsieur travaille, Madame cuisine».

     

    Que la femme travaille et participe à la vie publique, rien de plus normal. Mais que l’on fasse de cet aspect de l’existence un idéal social pour la femme mariée, voilà qui est douteux et conduit inéluctablement l’Etat à prendre en charge durant cinq jours ouvrables ces nouvelles pupilles pendant que «Monsieur et Madame travaillent».

    Lien permanent Catégories : Politique 1 commentaire