- Page 2

  • Sécurité : qui peut la rétablir ?

    Imprimer

    Certainement pas un socialiste ! L’expérience vécue ces quatre dernières années a refroidi plus d’un Genevois. Rappelez-vous. Début de législature : la première action concrète de M. Moutinot fut de débaptiser le département de Justice et Police. Il devint celui des Institutions. Le socialiste ne voulait pas être le patron de la Justice et de la police. Et il ne l’a pas été. La nouvelle loi sur la mendicité déposée par Yves Nidegger et adoptée par le Parlement n’a jamais été appliquée. Les requérants d’asile dont la demande a été refusée se promènent librement dans notre canton alors qu’ils devraient quitter Genève, au mieux ils devraient rester dans l’enceinte aéroportuaire. Les habitants d’un quartier (les Pâquis) se sont mobilisés pour que la police intervienne. L’agression d’un touriste saoudien a jeté une lumière particulièrement crue sur le prix économique de l’insécurité à Genève. A l’heure du bilan, les résultats sont pitoyables.

    Les Genevois pourront-ils supporter davantage de laxisme en matière d’insécurité ? Le risque est grand qu’ils finissent par assumer eux-mêmes leur propre sécurité.

    Assumer sa propre sécurité ? Nous en sommes déjà à mi-chemin : les particuliers comme les entreprises ont toujours plus recours à des professionnels de la sécurité (1). Une sécurité que la police genevoise, la justice et le service pénitentiaire ne sont plus en mesure d’assumer, par manque d’effectif et de moyens, et plus encore par manque de volonté politique.

    Cet automne, les élections au Grand Conseil et au Conseil d’Etat auront une importance toute particulière pour la sécurité de notre canton. Je ne vois que deux partis possédant la volonté politique nécessaire pour redresser une situation devenue désespérante : l’UDC et le parti libéral. Pas l’un ou l’autre : l’un et l’autre ! Je ne vois que deux hommes capables de remettre de l’ordre au Conseil d’Etat : Yves Nidegger et Olivier Jornot. Pas l’un ou l’autre, l’un et l’autre !

    ----------------------
    (1) La même démarche est faites par les parents qui inscrivent leurs enfants dans les écoles privées, tant la qualité de l’enseignement public est médiocre. Encore un département en main socialiste…

    Lien permanent Catégories : Sécurité 6 commentaires
  • Votations de septembre : La Foire à Genève avant l’heure ! (1)

    Imprimer

    Rez-de-chaussée, élections fédérales. Le visiteur trouve sans le chercher le grand stand des socialistes. Il est près de l’entrée, juste après la loterie à numéro. Il est décoré avec de grandes pancartes. Il y a  un long message écrit en grosses lettres noires et rouges. Ca commence par : camarade et ça finit par solidarité. Son truc : la hausse de la TVA. Incroyable : pour quelques milliards, vous comblerez le trou de l’assurance invalidité, sans rien changer dans son fonctionnement déficitaire!
    - Ouais m’sieur, ouais m’dame. Suivez mon raisonnement, pas le vôtre ! Moi, j’suis un pro, c’est vous dire. L’AI est en déficit. Alors, hop, on augmente la TVA. De presque rien, de 0,4%. Vous ne le sentirez même pas passer et chaque année, 1,5 milliard tomberont dans la caisse. Comme ça, bourgeois ou ouvriers, tous versent leur obole. Parce que pour le social, bin on donne jamais assez !

    Juste à coté, un autre grand stand organisé par les  milieux libéraux. Avec de grandes affiches très classes, éclairées doucement par des projecteurs. Ce qui surprend, c’est que c’est le même truc, mais dit différemment : Protéger l'AVS - Assainir l'AI!
    - Chère Madame, cher Monsieur. Arrêtez-vous un instant. Voulez-vous boire un café ? Un sucre ? Deux ? Vous rendez-vous compte de la situation désastreuse de l’AI ? Il faut faire quelque chose. Nous proposons, outre l’augmentation de la TVA de créer un nouveau fonds de compensation. Merveilleuse idée, non ? Comment ? Avec quel argent ? Eh bien, rien de plus simple. Nous piquerons 5 milliards dans le fond AVS. Vous savez comment c’est en politique, ça passe d’un fonds à l’autre.
    - Hmmm…Et quand l’AVS ira mal ? Et bien nous piquerons quelques milliards au fonds de compensation de l’AI pour le verser à l’AVS. Mais oui, il se portera alors beaucoup mieux. Croyez-moi…

    Encore quelques stands, plus petits, toujours pour le même truc. Ils sont démocrates-sociaux ou libéro-radicaux.
    - Hé m’sieur, hé m’dame ! Les jeunes chrétiens-sociaux vous offre un préservatif et une photo de Christoph Darbellay…
    - Signez notre pétition pour que Pascal Couchepin reste une année encore au Conseil fédéral…
    - Môsieur le directeur, cher collègue. Je ne vous avais pas reconnu. Inutile de vous faire la réclame, vous savez quoi voter. Tenez, je vous offre une photo de Martine Brunchwig-Graf, elle est notre candidate pour le Conseil fédéral. Ah bon, vous aimeriez mieux celle de Christian Luscher…

    Enfin, le dernier stand, avant d’aller voir le coin des votations cantonales. Un peu comme le village d’Astérix le gaulois qui résiste vaillamment aux armées d’occupation. Des affiches avec un seul slogan : Amputer l'AVS – augmenter les impôts? NON!
    - Alors té zigue, tu vas pas te faire avoir…

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire