- Page 2

  • L'ASIN organise sa première Université d'été

    Imprimer

    L'ASIN organise sa première université d'été du 27 au 28 août 2011, à l'Hôtel de Ville du Sentier à la Vallée de Joux (voir notre tract). Deux jours de conférences et de discussions sur le thème « L'Europe contre l'UE » dans un cadre agréable, loin du vacarme propre à notre époque. Une université d'été, c'est avant tout une atmosphère particulière. Deux jours volés à nos agendas bien remplis pour les consacrer à la réflexion et à l'amitié. Prendre le temps. Se rencontrer. Ecouter. Questionner. Discuter. Mais aussi se détendre autour d'un verre ou lors d'un repas. Entre nous. Avec les conférenciers. L'occasion unique d'en découvrir certains (je pense plus particulièrement à nos deux invités français, MM. Jean-Yves Le Gallou et Yvan Blot, qui ne manqueront pas de vous enthousiasmer). D'en revoir d'autres. De parler politique, évidemment. De découvrir des bouquins (une table de presse sera à votre disposition). De les faire dédicacer. D'évoquer l'histoire (dimanche matin, Jean-Jacques Langendorf nous parlera du Général Guisan). D'avoir des idées pour nos combats à venir. De créer de nouvelles amitiés entre Romands. Bref, l'ASIN vous convie à deux jours légers et solennels, divertissants et sérieux, intellectuels et gastronomiques. Dans cette belle vallée de Joux.

    Venez humer l'air du pays et compléter votre bagage politique,  jamais assez rempli. Cette université d'été est publique. Venez ! Amenez vos amis ! Les conférences sont gratuites. Venez pour une demi-journée. Pour toute la journée. Pour les deux jours. Il y a de la place, une grande salle de conférence, un hôtel pour la nuit, un restaurant pour les pauses et les repas. Nous vous attendons !

    Université d'été
    Samedi 27 et dimanche 28 août 2011
    Le Sentier (Vallée de Joux)

     

    Lien permanent 4 commentaires
  • 1er août et devoir d'histoire

    Imprimer
    logo.drapeau.suisse.jpg

    Nous célébrons ce 1er août le pacte fondateur de la Suisse. Celui de 1291. Celui d'une alliance de trois cantons réunis pour faire face à l'adversaire. Se fédérer pour défendre ses biens. Ce Pacte, c'est celui d'une exigence : être maître en son territoire. Etre maître de son destin. Un pour tous, tous pour un !

    Mais nous ne célébrons pas que cela. Nous rendons aussi témoignage de toute l'histoire de notre pays. Depuis 1291 à nos jours. L'histoire d'un pays de frontières naturelles planté au milieu d'un continent. D'un pays de cités et de montagnes. D'un pays balafré par ses diversités mais uni malgré tout. C'est son histoire. Trop souvent oubliée, elle s'impose à nous malgré l'indifférence de notre époque. Elle s'impose malgré une classe politique défaillante. Elle s'impose malgré l'essoufflement que lui imposent le développement technologique et la mondialisation. Elle s'impose dans les urnes - Dieu merci ! - à chaque fois que notre indépendance est en danger. Elle s'imposera tant que nous lui resterons fidèles.

    Car l'histoire de notre passé explique l'avenir. Elle peut seule expliquer l'avenir. C'est elle que tout Suisse hérite à sa naissance. C'est elle que doit adopter affectueusement tous ceux qui veulent devenir Suisse. Le passé, c'est notre force. Notre faiblesse, c'est notre présent. L'histoire est la seule dimension de la Suisse ! Ignorer notre histoire, c'est bâtir un autre pays, choisir un autre avenir. C'est accepter l'aventure et les aventures. Celles qui ont tant malmenés nos voisins tout au long de... leur histoire.

    Notre histoire est avant tout celle d'un pays animé par sa volonté d'indépendance. Pour être maître chez soi. Pour sauvegarder cette indépendance, la Suisse a choisi de ne pas se mêler de politique étrangère, d'être hors des grandes disputes qui ont conduit notre continent près de l'abime à de nombreuses reprises. Elle a choisi la neutralité. Ce n'est pas de l'indifférence. L'action de la Suisse sur le terrain diplomatique ou sur celui de l'aide internationale est là pour prouver son souci des autres. Indépendance et neutralité ont donc conduit naturellement la Suisse à la prudence non seulement face aux grandes coalitions voisines mais aussi face à ses propres autorités. Cette suspicion pleine de sagesse, a conduit naturellement la Suisse au fédéralisme et aux droits populaires. Elle s'est imposée tout au long de son histoire. Inutile de chercher un château de Versailles ou le Palais des Doges en Suisse. Tout y est simple et solide, destiné à être utile et à durer. Sens de la réalité et du bien commun, saine prudence et forcément humilité : voilà la Suisse que nous fêtons chaque 1er août !

     

    Lien permanent 4 commentaires