19 mars 2012

La Ville de Genève et ses routes défoncées

Rouler à Genève est dangereux. Et même très dangereux pour celles et ceux qui se déplacent en deux-roues. Nids-de-poule, chaussée déformée, bas-côtés affaissés, autant d'obstacles qui nous obligent à zigzaguer, à freiner, à sautiller sur notre selle. Comme l'on dit aux Vernets : « Ici, c'est Genève ! ».

Et pourtant, depuis les années 1930, la Ville reçoit des subventions pour entretenir ses routes. On devine que ce n'est pas là une priorité pour le conseil administratif historiquement gauche-vert, qui pleurniche après des subventions qu'il juge trop basses. Depuis cette année, les subventions cantonales vont prendre l'ascenseur et la Ville aura largement de quoi entretenir son réseau routier. La tactique de Rémy Pagani du coup-par-coup est enfin révolue. Sa réponse-alibi : - Prenez une photo de la route abimée et j'envoie une équipe ! est à mettre au musée des bonnes blagues.

Mais en est-on bien sûr ? Il vaut mieux poser une question écrite. C'est ce qui est fait aujourd'hui...

 

16:37 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | |

15 mars 2012

L'UDC-Ville de Genève dit oui au relogement de l'Alhambar à La Potinière !

Sauvons les travaux  de réhabilitation de l'Alhambra ! Ils démarrent le mois prochain. Sauf si le relogement de l'Alhambar plombe ce projet. Car la question n'est toujours pas réglée et Rémi Pagani, bousculé par l'agenda, a présenté dans l'urgence sa solution devant les commissions des finances et celle des travaux. Reloger l'Alhambar à La Potinière ? Cette proposition n'a qu'un seul inconvénient : le gérant actuel dispose d'un bail jusqu'au 30 septembre 2013 et n'est prêt à remettre le lieu que contre 290'000 francs. Un pas-de-porte que ne peut pas payer les patrons de l'Alhambar. Il leur manque 240'000 francs. Fondetec et Banque cantonal ne peuvent prendre d'engagement dans ce cas très spécial. Aussi, le magistrat responsable des constructions propose alors que la Ville de Genève fasse un prêt remboursable en 8 ans (PR-952). Les travaux pourront alors commencer sans avoir à évacuer les patrons et le personnel de l'Alhambar qui ont, reconnaissons-le, bien géré leur affaire.

L'UDC-Ville de Genève reconnait que le Parlement municipal est devant une situation extraordinaire et même si le remède peut sembler lui-aussi extraordinaire, elle estime que le pragmatisme doit primer. Le droit est respecté (une lettre de l'autorité de surveillance des communes nous sera prochainement adressée), reste la question du prêt, la Ville de Genève n'ayant pas pour vocation de se lancer dans des entreprises bancaires. Pour l'UDC-Ville de Genève, la démarche peut être exceptionnellement acceptée. Les démocrates du centre pensent que cette solution permet à la Ville de tenir ses engagements, sans qu'il lui en coûte un franc, d'aider l'Alhambar et de redonner vie à La Potinière qui en a singulièrement besoin. L'UDC-Ville de Genève pense particulièrement aux entreprises qui sont mandatées pour les travaux à l'Alhambra, du tort que des retards leurs engendreraient et des torts que subirait le financement même de ce projet. L'urgence et le vote sur le siège seront demandés lors de la séance plénière de la semaine prochaine. L'UDC-Ville de Genève soutiendra l'un et l'autre et accordera son soutien au Conseil administratif.

 

15:10 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

13 mars 2012

Accorder 5 millions de francs pour fermer à la circulation 50 rues ? 5'000 personnes demandent une votation!

Dans un délai extrêmement serré (30 jours), recueillir 5'000 signatures contre la piétonisation de 50 rues est un excellent résultat. Mieux, il est enthousiasmant ! L'UDC félicite le Groupement Transport et Economie, ainsi que les partis qui se sont opposés à ce projet pour avoir fait aboutir ce référendum. Opposée à ce projet devant le Conseil municipal, l'UDC a réagit promptement et adressé un courrier mettant en garde plus de 1'000 commerçants concernés par la fermeture au trafic de leur rue. Cette démarche a déclenché une rapide prise de conscience auprès des commerçants concernés et leur participation active au référendum.

Elle rappelle qu'elle n'est pas opposée à la piétonisation du centre ville. Elle s'oppose par contre à la dépense incongrue de 5 millions de francs pour quelques panneaux interdisant simplement la circulation, sans autres aménagements, ni réflexion sur les perturbations causées au trafic routier et aux commerçants.

Cette votation sera l'occasion de relancer un débat confisqué par le Conseil municipal à majorité de gauche qui a accepté l'initiative « 200 rues sont à vous - pour des rues ouvertes à la vie et aux mobilités douces » sans vouloir passer par le peuple.

 

15:49 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

08 mars 2012

L'UDC n'entend pas laisser Remy Pagani choisir l'emplacement du monument arménien!

Fort du vote favorable du Conseil municipal du 30 janvier 2012 à la PR-861 sur l'aménagement du bastion de Saint-Antoine, le Conseil administratif de la Ville de Genève s'est empressé d'inclure dans son appel d'offres concernant les travaux précités l'édification du monument les « Réverbères de la mémoire » et ce, au mépris de la loi ainsi que de la volonté des élus municipaux.

En effet, d'une part, le Conseil administratif s'est bien gardé de déposer une demande en autorisation de construire pour un monument composé de 9 réverbères géants sur un périmètre situé en zone protégée nécessitant un préavis obligatoire de la Commission des monuments, de la nature et des sites (CMNS) qui s'est d'ailleurs prononcée défavorablement dans le cadre d'un préavis délivré à titre consultatif.

D'autre part, les élus municipaux ont donné leur accord à l'édification d'un monument à la mémoire commune des Genevois et des Arméniens dans le cadre de la motion M-759, mais en aucun cas dans le cadre de l'aménagement du bastion de Saint-Antoine.

Pour ces raisons, l'UDC déposera une motion demandant au Conseil administratif de soumettre au vote du Conseil municipal l'emplacement choisi pour les « Réverbères de la mémoire » et de déposer une demande en autorisation de construire en bonne et due forme pour l'édification dudit monument.

16:58 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook | | | |

06 mars 2012

Stade Genève recherche désespérément équipe de football

Qu'en faire? Après l'avoir refilé à tragic Pishyar pour 32 ans, le stade de Genève revient sur les bras de l'exécutif genevois. Un stade de football de 130 millions de francs recherche désespérément équipe de football. Ces dernières années, avec un FC Servette en deuxième ligue, la Fondation du stade de Genève ne parvenait pas boucler ses fins de mois et appelait Mark Muller au secours. Une rallonge accordée en commission des finances par la gauche et la droite, me retrouvant seul à soutenir un rapport de minorité dénonçant l'incapacité de la Fondation à produire un businessplan et à trouver le financement pour l'entretien de stade. Une subvention que n'avait pas pu être discutée devant le Gd Conseil, Mark Muller retirant à la dernière seconde ce point à l'ordre du jour. Servette en première ligue, Servette en faillite, nous revoilà à la case départ. D'autant plus après avoir entendu lors des actualités sportives de dimanche les propos dures mais sans aucun doute justes de Me Warluzel: il n'y a pas assez de moyens financiers pour entretenir une équipe en première ligue en Suisse romande. L'annonce d'un éventuel intérêt pour Bernard Tapie de reprendre Servette fait simplement froid dans le dos pour tous les vaccinés de l'ère Marc Roger et de la piqure de rappel du bon docteur Pischyar.

Qu'en faire, alors? Relancer l'idée d'accueillir l'équipe française de première division d'Evian, Thonon, Gaillard! Le refus de l'UEFA, en juin 2010, doit être reconsidéré. Le Conseil d'Etat avait alors soutenu cette idée et je ne suis pas certain que Mark Muller l'ait réellement défendu devant Michel Platini. Si personne n'a d'autres idées, sans engager quelques millions tirés du bas de laine de l'Etat, il ne restera plus qu'à raser ce foutue stade, reflet de l'esprit de chimère et d'illusion du gouvernement genevois!

18:18 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |