04 mars 2012

Le Soli et le Pardo

Affiche Soli_A.jpgQuel personnage ! Lorsqu'il a été élu à la présidence de l'UDC (en novembre 2007), le secrétaire général que j'étais a mis quelques mois pour comprendre le bonhomme. Qui était Soli ? Qui était Pardo ? Ils étaient deux. L'un était brillant, cultivé, facétieux (il m'a fait quelques farces téléphoniques mémorables) et de grand talent épistolaire, l'autre était volontiers provocateur, aimant l'intrigue, manichéen et poseur. L'un et l'autre s'entremêlait et parfois s'entrechoquait. Il y avait celui qui imaginait des affiches très polémiques et celui qui posait pour la postérité dans ses habits de candidat UDC pour le Conseil des Etats. Le Soli s'amusait beaucoup de lui-même, le Pardo se rêvait en John Wayne ou en Robert Mitchum. Ce n'est sans doute pas pour rien qu'il a choisi le noir et blanc pour cette affiche. Il aimait le piquant d'une repartie et le tête-à-tête doucereux, il aimait être catégorique et pourtant l'ambiguïté ne lui déplaisait pas. Il aimait l'ombre et la lumière. Cet amoureux de la politique et du débat d'idées n'a laissé personne indifférent. Il manquera à la politique genevoise à la fois le Soli et le Pardo.

 

14:25 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | |

02 mars 2012

Pierre Maudet, y'en a bon candidat pour l'UDC?

Si Pierre Maudet est un excellent candidat pour le PLR, l'est-il pour autant pour l'UDC? Pour ceux qui n'ont pas la mémoire courte, Pierre Maudet n'a eu de cesse de critiquer l'UDC en général, Christoph Blocher et Ueli Maurer en particulier. Pierre Maudet ne partage pas nos "valeurs", il l'a dit et répété à toute occasion. " Contrer l’UDC et les fausses vérités qu’elle répand est un travail de longue haleine. (...) c’est qu’au-delà du débat, deux visions s’entrechoquent et ne peuvent se rencontrer : celle d’une Suisse repliée sur elle-même, peureuse et vivant dans la nostalgie, et celle d’un pays conscient de ses atouts, interconnecté et tourné vers l’avenir. (...) La supercherie ne tardera pas à être démasquée. (le blog de Pierre Maudet, 27.5.2011).

A vrai dire, peu de choses peuvent nous rapprocher de l'ancien radical. Seule la politique financière, le respect du frein à l'endettement et quelques alliances poncutuelles (de préférence sans la présence d'un candidat UDC mais avec leurs électeurs) sont acceptables à yeux. L'Hebdo, dans un portrait qu'il lui a consacré (25.6.2009), rappelle que "Dans son parti, Pierre Maudet détonne et décoiffe par ses visions: oui à l'adhésion de la Suisse à l'Union européenne, oui à une collaboration assumée à l'OTAN en matière de politique de sécurité, oui à une fiscalité écologique". Et de rappeler que sur ses choix politiques, il n'a pas besoin de longs discours: dans son bureau, le drapeau aux douze étoiles trône à coté des drapeaux genevois et suisse...

Cela veut-il dire qu'il est aussi impossible pour l'UDC de voter pour Pierre Maudet que pour celui-ci d'adoucir ces critiques virulentes à notre égard ? Dans un premier temps, il appartient au comité directeur de trouver la réponse puis à l'assemblée générale de l'UDC d'apporter la conclusion. Ce mois de mars s'annonce passionnant!

18:19 | Lien permanent | Commentaires (13) | |  Facebook | | | |