- Page 2

  • Remy Pagani se prend pour un chef d'Etat

    Imprimer

    C'est une visite d'amitié. Entre un syndicaliste de gauche devenu l'espace d'une année maire de la Ville de Genève et un ancien opposant au président Ben Ali, chef de la gauche nationaliste tunisienne, et devenu son successeur. Moncef Marzouki, de passage vendredi 8 juin à Genève dans le cadre d'une conférence organisée par le BIT, a été reçu très officiellement par Rémy Pagani, maire de Genève. Ce dernier, entouré par le président du Conseil municipal, lui aussi de gauche, a évidemment profité de l'occasion pour faire connaître sa profonde admiration au président tunisien et à « la lutte héroïque du peuple tunisien pour sa liberté ». L'on pourrait simplement sourire à cette visite d'amitié entre potes si elle n'avait conduit le maire de Genève a dépassé les bornes en matière de politique étrangère. Ce n'est pas à Rémy Pagani d'être le récepteur officiel des demandes de remboursements des fonds que Moncef Marzouki adresse à notre gouvernement. L'insistance du maire de Genève pour que soit débloqué 60 millions de francs appartenant à la Tunisie et planqués dans nos banques est déplacée. Il peut vite oublier sa nouvelle « paganerie » souhaitant puiser à sa guise dans la subvention accordée à la Délégation Genève Ville solidaire pour aider le président tunisien à faire pression sur le Conseil fédéral. Et cela, la veille de la visite de Simonetta Somarruga en Tunisie pour régler le partenariat migratoire qui doit faciliter le retour de requérants tunisiens. Berne a dû apprécié...

    Je suppose qu'il existe un processus écrit bien précis pour les réceptions officielles organisées par la Ville de Genève et que dans ce règlement, il est précisé le rôle, les compétences (les limites) et même l'annonce au département fédéral des affaires étrangères de ces visites d'amitié organisées par la Conseil administratif. Je poserai cette question. Et si la réponse est négative, il faudra rapidement combler ce vide dangereux pour qu'une réception officielle à Genève ne ressemble pas à une récupération politique faite entre potes et sur le dos des citoyens !

     

     

    Lien permanent 4 commentaires
  • Initiative de l'ASIN: un sondage à prendre avec des pincettes

    Imprimer

    Dans son édition de ce jour, Le Temps nuance le résultat du dernier sondage SSR qui donne l'initiative de l'ASIN comme clairement rejetée par les citoyens (33%). Le quotidien pro-européen n'a pas la mémoire courte. Il se rappelle la lourde erreur de l'institut de sondage gfs.berne lors du vote concernant l'initiative sur les minarets. Il avait alors donné le non gagnant à hauteur de 53%. Au soir des résultats des votes, le camp du oui l'emportait avec 57,5%. L'explication donnée était celle de l'autocensure des "sondés" sur un sujet unanimement combattu par la classe politico-médiatique. L'initiative de l'ASIN sur les traités internationaux se trouve sensiblement dans le même cas. Il n'est pas inintéressant d'observer que le seul commentaire relaté par Le Temps est celui de Christina Caggini, directrice romande d'economiesuisse. Cette dernière pense qu'il n'y a rien qui laisse penser que le sondage est plombé par un vote caché. Pas si sûr, dans la mesure où gfs.berne remarque que le scrutin s'annonce comme un vote dit d'ouverture ou de fermeture. Les électeurs sondés ont voté en fonction des mots d'ordre des partis, à l'exception du PDC. Rien n'est joué!

    Lien permanent 0 commentaire
  • L'UDC propose une Cité administrative pour la Ville de Genève

    Imprimer

     

    (Communiqué de presse, 7 juin 2012) Après l'annonce de la fermeture de son siège genevois, l'immeuble occupé par Merck-Serono aiguise l'appétit de nombreux élus. Certains souhaiteraient préserver le bâtiment pour l'industrie ou la recherche. D'autres, tels les conseillers municipaux UDC de la Ville de Genève, proposent de le racheter pour y déplacer toutes les activités administratives et politiques de la Ville de Genève. Le Conseil municipal pourrait même y trouver une salle pour y siéger. Les conseillers municipaux UDC pensent qu'il y a dans cette proposition matière à réflexion : regrouper tous les services, économiser de nombreux frais de location, libérer des locaux luxueux en Vieille-Ville, canaliser la circulation de 4'000 fonctionnaires municipaux, bref, donner un nouvel élan à l'administration communale pour répondre aux défis de ces prochaines années.

    Pour tout renseignement :
    Pascal Rubeli, conseiller municipal UDC, 1er vice-président - 079 765 48 55

    Lien permanent 2 commentaires
  • Ville de Genève: un UDC président en 2013

    Imprimer

    Pascal Rubeli est magnifiquement élu à la première vice-présidence du Conseil municipal. Le groupe UDC est particulièrement content de cette belle élection. Pascal Rubeli devrait donc être le prochain président du parlement, témoignant ainsi le profond respect que témoigne l'UDC pour les institutions publiques.

    Lien permanent 6 commentaires
  • Blague belge ?

    Imprimer

    C'est la dernière bonne blague qui court à Berne. Et dans l'édition dominicale de la NZZ. L'ambassadeur suisse à Berne craint quelques velléités de la part de nos bons amis de l'Union européenne contre notre pays. Même qu'ils ne nous comprennent plus. Pourquoi donc la Suisse invoque la clause de sauvegarde contre huit pays de l'Europe de l'Est ? Il y a discrimination entre Etats membres de l'UE ! Ainsi, selon Jacques de Watteville, il y aurait complot. Conjuration. Une ligue. Des infâmes, emmenés par la France et l'Allemagne veulent mener une offensive plus agressive contre la Suisse. Pour lui faire comprendre que c'est Bruxelles qui commande !

    Bref, de quoi donner encore un peu plus envie aux Suisses de rejoindre l'UE. Et peut-être même, à constater la période durant laquelle ce document est parvenu à la presse, à les encourager à voter l'initiative de l'ASIN pour que le peuple ait son mot à dire sur les traités internationaux. Dont ceux concernant nos chers amis de l'Union européenne. Bien évidemment.

     

    Lien permanent 3 commentaires