- Page 2

  • L’UDC n’acceptera qu’un budget équilibré pour la Ville de Genève

    Imprimer

    Présenté hier à la commission des finances, le budget 2013, malgré de nombreux arbitrages, affiche encore un déficit de 6 millions de francs. L’UDC salue tous les efforts faits par le Conseil administratif et tient le remercier pour avoir tenu parole en acceptant l’engagement de 25 nouveaux agents de la police municipale ainsi qu’en budgétisant l’ouverture d’un nouveau poste APM aux Acacias. Mais l’UDC constate aussi que les charges restent encore très élevées pour l’administration municipale, tout comme le montant de ses subventions. 466 millions, près de la moitié du budget, sont consacrés aux salaires, comprenant l’allocation de naissance, allocation enfants, la prime de fidélité, la prime professionnelle et de fonction, la participation aux primes-maladie et enfin la caisse de pension. Ce qui fixe le salaire moyen à 8'000.-.

    Dans le contexte économique difficile – et qui s’annonce ces prochaines années encore plus difficile par une nouvelle approche de la fiscalité à Genève – l’UDC insiste pour que le budget 2013 soit équilibré et même qu’il adresse des signaux claires pour que l’administration comprenne que les prochains budgets seront, à n’en point douté, beaucoup moins confortables.

    L’UDC proposera donc trois amendements en commission des finances pour retrouver l’équilibre budgétaire. La non-indexation des salaires (sans toucher à ceux de la petite enfance) qui économisera 1,6 million de francs et s’explique aisément par un indice à la consommation quasiment nul depuis une année. Une baisse linéaire de 0,02% des subventionnés (deux centièmes!). C’est là que se trouve le signal « temps mauvais » souhaité par l’UDC. Cette faible diminution, n’affectant que les subventionnés locaux (hors subventions communales, cantonales et fédérales) économisera 4,5 millions. Enfin, l’UDC refuse la hausse de dernière minute de 500'000 pour la coopération décentralisée. Ainsi fait, elle ne s’opposera pas aux montants alloués initialement à l’aide internationale et qui atteindra tout de même 3 millions.

    L’UDC attend le verdict de la commission des finances, soutiendra d’autres amendements si nécessaires, pour parvenir à un budget équilibré. Si c'est le cas, le groupe UDC-Ville de Genève votera ce budget, malgré une dette et des investissements trop élevés à son goût.

    Pour tout renseignement :

    Eric Bertinat, chef de groupe UDC-Ville de Genève

    076 / 391 25 03

    Lien permanent 0 commentaire
  • Guillaume Barazzone doit agir vite et bien : l’UDC lui en offre les moyens!

    Imprimer

    Ainsi qu’Eric Bertinat l’a dit au soir du 4 novembre 2012, ce qu’il ne pourra pas faire au Conseil administratif, il le fera au Conseil municipal. Durant toute sa campagne électorale, le chef de groupe UDC a fait de nombreuses propositions visant à améliorer l’efficacité de la police municipale. Celle-ci est en effet beaucoup trop souvent employée à des tâches mineures et ne dispose par d’outils modernes d’intervention.

    Pire, bien que la gendarmerie puisse demander l’intervention de la police municipale notamment dans des cas d’urgence, celle-ci est empêchée de se déplacer rapidement sur les lieux d’intervention, faute de pouvoir utiliser les bandes d’urgence et de bénéficier de gyrophares. Ainsi, les APM, qui ont des missions d’intérêt public parfois urgentes, se retrouvent bêtement bloqués dans la circulation.

    Pour sa part, le Conseil administratif a déjà décidé d’établir un règlement municipal pour les APM, basé sur 5 priorités décidées en octobre 2012, règlement que la commission de la sécurité publique, présidée par M. Eric Bertinat, va étudier tout prochainement .

    Le nouveau chef du département de l’environnement urbain et de la sécurité a donc du pain sur la planche. L’UDC lui offre de quoi rapidement améliorer la situation de la police municipale dès lors que son chef de groupe a déposé sur le bureau du Conseil municipal :

    - Une motion M-1049 pour une police municipale moderne et proche de la population (par un service de presse et l’utilisation des réseaux sociaux);

    -  Une motion M-1050 pour des postes de police mobiles ; 

    Et il entend en outre déposer très rapidement :

     -  Une motion pour armer les APM ; 

     -  Une motion pour un numéro d’appel d’urgence unique ;

     - Une motion pour que les véhicules des APM soient dotés de gyrohares (feux bleus d’avertissement) et puissent emprunter les bandes d’urgence.

    Lien permanent 0 commentaire