26 janvier 2010

L’initiative UDC « Pour les familles »

Pas de collectivisation de la famille ! A la décision du Parlement fédéral d’avantager les parents qui confient la garde de leurs enfants aux spécialistes de la petite enfance par un abattement fiscal (10'000 francs sur l’impôt fédéral direct), l’UDC oppose son initiative «Pour les familles». Pour faire profiter de cette diminution fiscale toutes les forces éducatrices de ce pays. Aussi bien les parents qui travaillent, trop souvent pas obligation, que ceux qui choisissent le modèle familiale traditionnel, trop souvent au prix de lourds sacrifices financiers. Un vrai choix pour les parents sommes-nous tentés de préciser tant la décision bernoise est sectaire et privative d’avantages fiscaux pour une partie de notre population.

Puisque la proposition de l’UDC a été refusée sous la coupole fédérale, eh bien c’est au peuple qu’elle s’adresse. En lui proposant de valider la modification constitutionnelle suivante : « Les parents qui gardent eux-mêmes leurs enfants doivent bénéficier d’une déduction fiscale au moins égale à celle accordée aux parents qui confient la garde de leurs enfants à des tiers » (article 129, harmonisation fiscale). Cette modification, parfaitement fédéraliste, obligera les cantons à accorder cette déduction mais leur laissera cependant le soin de fixer le montant de cet allègement fiscal.

Signez et faite signer notre initiative ! La famille qui accepte moult sacrifices pour que ses enfants soient éduqués selon leur choix mérite aussi d’être soutenue. Depuis plusieurs années, tous les partis à l’exception de l’UDC, soutiennent un mode d’éducation qui déresponsabilise les parents. Par étape, leur projet de société kolkhozien dans lequel l’enfant est pris en charge par l’Etat dès sa prime enfance jusqu’à son adolescence se met en place. La multiplication des crèches extraordinairement coûteuses, le concordat Harmos ou encore l’ordonnance sur la garde des enfants qui vient d’être mise en consultation permettent de déléguer l’éducation à l’Etat. La préférence accordée aux parents qui confient la garde de leurs enfants à des tiers ne doit être acceptée sans que l’on offre les mêmes avantages aux familles traditionnelles. Vous noterez que l’UDC ne conteste pas ces déductions fiscales à ceux qui ont recours aux crèches. Non, elle demande un minimum de reconnaissance. Un minimum de justice sociale !

Téléchargez l’initiative « Pour les familles »
> Pour plus de renseignements, consultez le site spécial IN "Pour les familles"

23:15 Publié dans Famille | Lien permanent | Commentaires (128) | |  Facebook | | | |