08 mars 2010

Journée de toutes les femmes ordinaires

En ce 8 mars 2010, j'ai une pensée toute particulière pour toutes les femmes qui ne sont pas émancipées, pas féministes, pas libérées, pas revendicatrices, pas révoltées. Bref, les femmes qui sont simplement des femmes, qui font la vie plus belle parce qu'elles remplissent le grand vide d'un monde d'hommes. Ces femmes ordinaires sont autant d'Eve suivant tous les Adam dans leur quête du paradis perdu. Elles sont aussi autant de Marie qui donne la vie. En cela, elles sont extraordinaires. Elles seules peuvent atteindre la perfection d'une silhouette tout en courbes, se transformer au long de leur grossesse en mère avant de supporter l'épreuve terrible d'un accouchement. A ses cotés, à ce moment, l'homme ne peut que se sentir inférieur, que lui tenir la main. Très fort.

Elles seules se dévouent jour et nuit pour leur bébé. La nuit, l'homme dort. Elles seules pleurent lorsqu'arrive le premier jour d'école, écoutent avec une patience d'ange ses enfants tout au long de leur adolescence, ne trouvent pas le sommeil parce que ces enfants n'en sont plus et qu'ils rentrent bien après minuit. Elles sont mères à plein temps.

A ses cotés, l'homme n'est qu'égoïsme, sauveur du monde, en perpétuelle compétition avec ses semblables et préoccupé par son équipe de hockey. Comment cet éternel gamin deviendrait-il père de famille sans l'amour d'une femme assumant parfaitement son rôle ? Il en a besoin. La femme au foyer, c'est l'application parfaite du développement familiale durable ! C'est une véritable bénédiction.

Notre société n'accorde plus grand cas à ces femmes ordinaires. Elle schématise la femme d'aujourd'hui, la veut libre de son destin et de son corps mais l'asservit aux top-modèles glacés des magazines. Elle l'oblige à la réussite professionnelle, l'habille en homme et l'occupe du matin au soir. La société n'a pas libéré les femmes, elle a réduit son rôle pour en faire un contribuable. Elle ne respecte plus l'aspiration intime des femmes mais leur a érigé un modèle, un stéréotype, un standard à accepter. C'est pour cela, sans doute, que l'on célèbre aujourd'hui la femme et non les femmes.

Pourtant, ce sont ces femmes ordinaires qui sont l'avenir de l'humanité. Elles le savent heureusement, elles qui n'ont pas oublié qu'elles sont naturellement complémentaires à l'homme, qui ne revendiquent pas une égalité utopique, qui  ne s'érigent pas en concurrente. Elles savent que sans cette complémentarité, l'humanité n'a plus d'avenir. C'est leur dignité. Elles méritent bien plus qu'une journée de la femme !

 

 

23:10 Publié dans Femmes | Lien permanent | Commentaires (15) | |  Facebook | | | |