09 janvier 2008

La dette genevoise diminue: attention danger !

C’est bonne nouvelle : la dette cantonale baisse de 900 millions ! Mais est-ce vraiment une bonne nouvelle ? J’espère que les parlementaires n’ont pas oublié l'attitude du Conseil d'Etat entre 1999 et 2002. Durant ces années fastes, la dette a diminué grâce à la forte hausse des revenus. Mais dans le même temps, le Conseil d'Etat a immédiatement décidé la reprise des mécanismes salariaux, la création de 200 nouveaux postes et la régularisation de 552 personnes (budget 1999).


Le budget 2008, malgré des chiffres (insuffisamment) noirs, présente quelques similitudes avec les budgets établis par Micheline Calmy-Rey, alors responsable des finances cantonales. Est-ce une règle tacite : dès que des revenus fiscaux exceptionnels gonflent la trésorerie cantonale, l'exécutif relance les dépenses salariales et impacte ainsi durablement les finances? Seule différence : les effectifs n'augmentent plus. Mais les profondes réformes structurelles sont toujours attendues pour amener l'administration genevoise à une taille raisonnable et réduire ainsi massivement ses charges.


L'UDC s'est opposée depuis son entrée au Parlement à cette politique à court terme et les exemples passés laissent craindre malheureusement qu'ils ne soient répétitifs jusqu'à la fin de cette législature. Raison suffisante pour maintenir la pression pour réduire notablement les dépenses de l'Etat, même et surtout lorsque la dette diminue enfin.

 

16:30 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

10 novembre 2007

MCG : Nous travaillons pour vous ! Nous tenons nos promesses.

Cette belle devise figure sur site du MCG. Elle en jette un max ! Mais depuis que j’ai appris qu’Eric Stauffer et ses amis, élus au mois de mars 2007 et entrés en fonction au mois de juin, ont à peine pu patienter quelques semaines avant de proposer une augmentation des jetons de présence au Conseil municipal d’Onex, je me demande si leur devise ne comporte pas une petite faute de frappe. Ne devraient-ils pas écrire: « Nous travaillons pour NOUS ! Nous tenons nos promesses » ?

 


00:43 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

25 octobre 2007

Philippe Souaille, refouloir de l’Entente ?

Depuis que La Tribune a ouvert ses blogs, M. Philippe Souaille nous saoule de sa petite haine aussi simplette qu’ordinaire. Texte après texte, insulte après injure, il s’en prend à l’UDC et au MCG, sans être capable de différencier l’un de l’autre. Seul le fait que ces deux formations existent semble motiver ses critiques.

 
Les responsables du parti radical genevois ont engagé ce prototype du radicalisme qui réussit si bien à leur parti depuis quelques années au poste de rédacteur en chef du Genevois. Il remplace l’ancien secrétaire général, Bernard Favre, dont la simple fréquentation amenait sympathie et respect. Il n’en ira évidemment pas de même avec ce boutefeu. En l’engageant, les radicaux donnent un signe hostile qui n’aidera pas à la majorité de droite de continuer son travail de rapprochement. Nous verrons qui en fera les frais.

23:24 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

23 septembre 2007

La police de M. Moutinot

Samedi 15 septembre, un huluberlu a appelé au saccage du stand de l’UDC les badauds qui se promenaient place du Molard. La police a du intervenir.

 

Samedi 22 septembre, le même huluberlu a recommencé à insulter les membres présents sur le stand de l’UDC et à appeler la foule à se retourner contre ce parti.

 

En fait de se retourner, les passants se sont regroupés au pied d’un réverbère, médusés, là où l’agité du bocal s’était réfugié, sans prêter attention au stand UDC à quelques mètres d’eux. Du haut de son trône improvisé, il insultait l’UDC à qui mieux-mieux. Visiblement, ce spectacle insolite amusait les passants.

 

Pourquoi pas...

 
Ce qui m’a nettement moins amusé, c’est l’attitude de la police. En fin de semaine, j’ai personnellement téléphoné à la police pour demander un minimum de protection et leur vigilance pour que les troubles du samedi 22 septembre n’aient pas à nouveau lieu.

 

Rappelons qu’ils sont le fait d’un seul personnage.

 

- Oui, oui, m’ont-ils répondus. On s’en occupe !

 

Premier acte

Samedi 22 septembre, vers 15h, le zigoto s’est à nouveau pointé place du Molard et a commencé à s’énerver et à insulter l’UDC. La police, qui surveillait les lieux l’embarque en douceur. Bien joué !

 

Deuxième acte

Le même zigoto revient, toujours furibard, une demi-heure plus tard. S’est-il échappé ? Toujours est-il qu’il s’en prend au matériel de l’UDC. Il arrache une banderole sur le stand et grimpe sur un réverbère d’où il jette la banderole sur le toit d’un tram. Gestes obscènes et insultes continuent de plus belles sous l’œil surpris de nombreux touristes. Les transports publics ont de la peine à circuler.

 

Les policiers regardent la scène. Une voiture de police arrive. Deux gendarmes rejoignent leurs collègues. Pas de quoi se faire péter les plombs.

 

Au bout de trois quart d’heures, les agents de la force de l’ordre (c’est du moins ainsi qu’on les appelait dans le temps !) décident d’appeler deux camions de pompiers et une ambulance. Tout cela sous le regard toujours amusé des chalands.

 

Après ? Je n’en sais rien. Je suis parti, las de tant de laxisme. Il suffisait aux policiers, après avoir coffré l’individu (qui est l’objet de deux plaintes pénales de la part de l’UDC) de le garder deux heures pour que l’ordre public ne soit pas perturbé. 5 gendarmes, deux camions pompiers, une ambulance ont été nécessaire pour s’occuper de cet excité.

 

Pourquoi faire simple et bon marché quand on peut faire compliqué et cher ? La fameuse efficience du  Conseil d'Etat en a pris un petit coup...

21:48 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

12 septembre 2007

Francis Matthey sur ses ergots (suite)

Le président de la commission fédéral des étrangers (CFE) ne s’inquiète pas seulement des dérapages anti-étrangers à l’approche des élections nationales (voit texte précédent). Il fait également part de ses réserves quant à la politique d’intégration présentée récemment par Christoph Blocher. Et de remarquer très subtilement que sur les 45 mesures proposées, 42 sont déjà plus ou moins mis en œuvre.

 

Des mesures qui n’ont pas appelé de réserves particulières de la part de la CFE jusqu’à présent...

22:53 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |