04 novembre 2016

Conte du vendredi - Plaine de Plainpalais, pleine de bon sens

Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé est purement fortuite.
Evidemment.

Il était une fois un royaume de Plainpalais. En son centre, se trouvait une plaine dont le seul attrait était les arbres qui la bordaient et à qui les Anciens prêtaient des pouvoirs magiques. Le bon roi Paniga 1er régnait sur ce terrain, rappelant à l’occasion que ces arbres étaient sa plus belle couronne. Bref, tout allait bien et l’on s’ennuyait ferme par matin jusqu'à Vêpres au Royaume de Plainpalais. Sauf les jours de marchés et lors des visites du cirque.

Profitant de l’ombre offerte par cette verdure bienvenue, les marchands des environs se retrouvaient pour proposer leurs produits. Maraîchers, boulangers, fromagers se mêlaient aux puciers et autres antiquaires pour le plus grand plaisir de la population environnante.

Paniga 1er décida un beau jour qu’il fallait moderniser tout cela. Il s’entoura de savants bâtisseurs, tel le fameux Karlopez, spécialiste en architecture et en collecte de signatures. Le Roi, soucieux à la fois de ne pas épuiser sa fortune et de ne pas voir se lever l’opposition d’éventuels malfaisants, décida d’entreprendre des travaux par étapes, espérant que la Dîme prélevée assurera le coût du projet.

Sapristia, marchande de petits pains - et qui n’avait pas sa langue dans sa poche - se fit la porte-parole des étaleurs. Leur confort et leurs affaires méritaient que l’on prit compte de leur demandes. Les Anciens s’en mêlèrent aussi, soucieux que l’on respecta la vie des arbres, évoquantant de mystérieuses poussières volatiles avec lesquelles les arbres communiquent entre eux. Ils pourraient, affirmaient-ils, se rebeller contre le royaume de Plainpalais. Dans le palais aussi, quelques jouvenceaux critiquèrent prestement le Roi, le traitant de Cooquebert et de Boursemolle, préférant ne rien faire à l’amélioration de la vie de tous ces sacs à vin.

Paniga 1er connaissait bien ses sujets, bons gaultiers et râleurs impénitents, quoi qu’il décide. Le terre plein de la Plaine ayant été aménagé, il estimait qu’il fallait à présent terminer l’œuvre de sa vie, l’héritage qu’il laisserait à sa postérité. Après avoir parcouru les allées ombragées d’un pas leste, serré rapidement quelques mains caleuses et observé doctement les arbres, il arriva au bout du mail. Il était temps de se décider : abattre les arbres en mauvaise santé et replanter des nouveaux, et même plus qu’il n’en a été abattus lui semblait être nécessaire.

Sapristia s’inquiéta des emplacements dédiés aux marchands, aux pieds de ces arbres, craignant de perdre bonne clientèle avec tous ces travaux. Paniga 1er la rassura, lui montra moult plans colorés, des devis à l’encre noire. Il l’assura qu’ils seraient bien mieux installés une fois les chantiers terminés et surtout plus en sécurité : les arbres en mauvaise santé risquant de s’abattre sur eux seraient supprimés. Et remplacés. Et Sapristia fut d’accord.

Les Anciens virent d’un tout autre œil la royale décision. Comment osait-il toucher aux arbres sacrés ? Oyez quel cuistre que ce Roi qui ne connait rien de la science des arbres ! Ils se réunirent donc sous la lune pour protester devant les bobardiers de la région. L’affaire commençait à faire du bruit. Les arbres pourraient se révolter, entendait-on de par chez nous.

Paniga 1er ne s’en faisait pas pour autant. Le bonhomme multipliait les déclarations, les plans colorés, les promesses et serrait plus de pinces encore. Il avait toujours dans sa besace une étude savante ou un parchemin affirmant que les arbres étaient en mauvaise santé et que la population était en grand danger.

Ce que les Anciens contestaient. Devant les assauts du Roi, les arbres étaient en danger de mort. C'était certain. Ils décidèrent de jeter un mauvais sort au Roi. Attendant le premier quartier de la lune de septembre, période spéciale où les Anciens peuvent fatrouiller avec les poussières volatiles, ils s’en allèrent à la brume ourdir un sinistre charmement : l’un des arbres majeurs se sacrifierait et s’abattrait sur Paniga 1er. Il devait mourir. Derechef, sang et sève furent mêlés sur l’écorce de l’arbre immolé.

Mais voilà, mortecouille, la nature n’a que faire des arrangements des hommes. L’arbre majeur, comploteur d’un soir, fatigué après un été où la pluie s’était faite rare, fini par tomber tout seul. Devant sa dépouille, Paniga 1er n’a pu que constater qu’il était bel et bien malade, faible des racines et pourri de l’intérieur. Comme beaucoup d'autres. Il agita au-dessus de sa royale tête ses plans colorés, rappela à la menuaille qu’il avait raison.

- Peste soit des opposants ! La Plaine sera achevée !

Comme dans toute bonne histoire, plus dure est la chute. Seuls deux fols dingos voulurent bastailler devant la piétaille, promettant d’occire le roi. Lacrimable réaction qui fit sourire les Genevois préférant une bonne guiguedouille avant de s’en aller faire bonne pitance.

16:37 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

31 août 2016

RIE III : Au fond, cette réforme je la déteste !

On en entend parler depuis longtemps, au point que le sujet nous semble familier. C’est peut-être là que se situe le piège. La réforme des entreprises, telle que nous l’a présenté le Conseil d’Etat, semble ne devoir être discuté que par quelques initiés à cet acronyme. Même le référendum promis par la gauche posera problème, puisque l’on ne votera pas sur la réforme elle-même mais sur certains aspects nécessitant sans doute plusieurs référendums. En fait de piège, c’est une piège à cons.

C’est aussi un gag. Et coûteux avec ça !

- Salut les terriens, on va réformer l’impôt sur la fortune des entreprises et canton et communes vont perdre 500 millions de francs ! Quelques mesures d’accompagnement, que l’on nous dit passagères, suffiront-elles à compenser les centaines de millions qui s’envolent tel un dessin de Folon ? Non, du moins pas tout de suite. Notre responsable des finances nous explique sans rire qu’il faudra soit des coupes budgétaires (en entend grincer les dents de la fonction publique), soit on augmente la dette durant un minimum de cinq ans (là, vous entendez le grincement de mes dents). On évoque un montant d’un milliard. Des peanuts pour les Genevois. Connaissant le puissant lobby des fonctionnaires, je vous laisse deviner la solution qui sera retenue…

Incapable de boucler un budget, de tenir ses engagements, de respecter la loi (il faudra geler pour cinq ans le mécanisme de frein aux déficits), gravement endetté, avec un budget 2017 certainement déficitaire, le Conseil d’Etat perd les pédales avec un projet mal ficelé, pas sérieux, qui ne plaît pas plus à la gauche qu’à la droite. Jusqu’à quand, va-t-on se satisfaire de propositions farfelues, type RIE III à la sauce genevoise ? Qui donc va siffler la fin du match ? Devant les milieux économiques, Pierre Maudet a défendu énergétiquement ce projet, allant jusqu’à une déclaration d’amour : - Au fond, cette réforme je l’aime. Eh bien moi, au fond cette réforme je la déteste. Je sais d’expérience qu’elle sera coûteuse pour tous les Genevois et objet de hausse d’impôts et autres taxes de tout genre. C’est perdant-perdant. Oui vraiment, cette réforme je la déteste !

16:36 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

21 juin 2016

Ville de Genève : Un plan directeur des sports, enfin !  

 

Non, ce n’est pas une pub du PDC ! Malgré sa couverture orange, le plan directeur des sports pour la Ville de Genève est bien celui initié par le magistrat responsable des sports sur notre grande et belle commune, Sami Kanaan. Sur une vingtaine de pages, s’étalent les perspectives 2016-2020 qu’imaginent le Service des sports, fort de 174 employés et d’un budget de 50 millions.

Avant d’en arriver là, il y a lieu de rappeler que trois études, publiées en 2014, ont permis de prendre la mesure du problème, parce que problème il y a. Il faut améliorer la communication, valoriser les infrastructures sportives considérées à juste titre comme vieillissantes et inadéquates et prendre en considération l’évolution des sports pratiqués. Mais aussi tenir compte du fait que l’activité sportive varie en fonction de la formation, du revenu ou de la nationalité.

Fort de ces constats, Sami Kanaan nous fait part des perspectives élaborées par le département de la culture et des sports. Et là, on a l’impression d’être au pied d’une montagne. Entre la politique de la diversité, l’organisation de manifestations locales, régionales et internationales (pas un mot sur la motion de l’Entente, du MCG et de l’UDC pour obtenir une étape du Tour de France) et les projets de centres sportifs polyvalents (pas un mot sur la demande de l’UDC d’un deuxième bassin olympique), la liste de projets prioritaires et autres plans d’action sont autant d’itinéraires qu’il faudra tenter de suivre.

On retiendra l’idée d’une ou de plusieurs Maisons du sport, d’une nouvelle patinoire saisonnière au cœur de Genève (accessoirement d’une collaboration avec le canton pour le projet pilote de patinoire du Trèfle-Blanc), des futures installations sportives de la Gare des Eaux-Vives, de Vernier-sur-Genève, et du Bout-du-Monde.

Ces nouvelles installations sont prévues au plan financier d’investissement (PFI). Donc, semble-t-il, rien d’irréaliste dans la réalisation de ces projets. Tant mieux ! Avec, en prime, l’idée d’un Fonds d’investissement pour les infrastructures sportives régionales d’importance stratégique pour trouver des partenaires hors commune, ceux-ci étant nombreux à utiliser les équipements de la Ville de Genève. Toutefois se pose la question d’un doublon avec le Fonds intercommunal de l’association des communes genevoises.

Mais aussi, dans ce plan directeur, nous relevons bien peu de renseignements sur le développement même du Service des sports. En termes d’augmentation du personnel ou du budget lui-même qui sera impacté par le développement de tous ces projets. Ce plan directeur des sports donne l’impression d’une urgence enfin admise, mais sans plus de moyens financiers. Pour ce faire, il faudra donc initier un processus de réorganisation interne, fixer des priorités et mettre en place des dispositifs plus efficients. Ce sont des recettes souvent entendues, dont les résultats sont tout aussi souvent décevants.

Construire des nouvelles installations inscrites au PFI, voilà qui semble raisonnable. Sami Kanaan veut faire mieux, beaucoup mieux, avec les moyens du bord. L’UDC le soutiendra mais n’en surveillera pas moins les nombreuses étapes qui jalonnent ce plan directeur des sports qui s’étale jusqu’à 2020, année des élections municipales. Une année sportive par excellence.

12:03 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

18 juin 2016

L'homophobie, seulement ? Lettre ouverte à Guillaume Barazzone, Maire de Genève

Monsieur le Maire,
Cher Guillaume,

Les « couleurs » arc-en-ciel ont été montées cette semaine devant le Palais Eynard. C’est une décision prise par les autorités de la Ville de Genève suite à la tuerie dans un night-club gay à Orlando. Le meurtrier, Omar Mateen, est un "combattant du califat", reconnu comme tel par l’État islamique. Devant votre décision, qui revêt un caractère officiel, je ne peux pas m’empêcher de m’étonner. D'une part, ce drapeau ne représente pas un Etat ou une communauté d’Etats, il ne représente aucune institution nationale, internationale ou sportive (on pense aux anneaux olympiques). Il est l’emblème d’un choix sexuel, d’un mode de vie relativement nouveau pour notre société chrétienne.

D'autre part, en votre qualité de nouveau maire, vous nous avez donné l’explication suivante: A travers ce geste symbolique, la Ville refuse l’homophobie et affiche son attachement aux libertés et à l’égalité (La Tribune de Genève, 16 juin 2016). Si je vous comprends bien, il y a donc une hiérarchie dans les meurtres puisque vous n’avez pas manifesté la même douleur après les attentats de Paris, de Bruxelles ou les meurtres des deux policiers dans les Yvelines, commis quelques jours après ceux d’Orlando. Il convient aussi d’ajouter à  cette sinistre liste la terrible répression que subissent les chrétiens d’Orient, qui connaissent par milliers un sort d’une cruauté abominable sans que le Conseil administratif de la Ville de Genève ne manifeste son soutien, ni ne dénonce publiquement la christianophobie pratiquée quotidiennement par des gouvernements islamiques, peu enclins aux libertés et à l'égalité.

Et surtout pourquoi ne mentionnez-vous pas – et même ne dénoncez-vous pas – l’islamisme politique et conquérant qui est à la base de tous ces attentats ? Pourquoi évitez-vous de citer ces combattants du califat ? Sont-ils seulement homophobes ? Que sont-ils lorsqu’ils tuent des hétérosexuels? Des "loups solitaires", selon la thèse bien commode de la presse française ? Ces combattants islamistes revendiquent à tort ou à raison une religion précise. Ils ont tués 2'700 personnes, sur les cinq continents, depuis 2014. Présenter la tuerie d’Orlando uniquement sous l’angle homophobe n’est qu’un artifice pour ne pas désigner l’idéologie à base religieuse d’un terrible ennemi. Avez-vous peur de l’affirmer ? Si c’est le cas, l’organisation islamique a remporté une grosse bataille, celle des mots, celle qui consiste à ne pas oser désigner l’ennemi par son nom, à désinformer l'opinion public. Le ministre français de la défense, pourtant socialiste, Jean-Yves Le Drian, n'a pas de ces fausses pudeurs pour afficher la couleur, le dit dans un petit livre au ton froid et direct, intitulé "Qui est l'ennemi?" (Le Cerf) : Dae'ch doit être neutralisé et éradiqué, parce que c'est là que le terrorisme trouve sa source.

Veuillez pardonner la franchise de mes propos face à une situation dramatique et qui devrait mériter un minimum de réflexion et de prudence de la part de nos élus et agréer, Monsieur le Maire, Cher Guillaume, l'expression de mes sentiments distingués.

Eric Bertinat
Conseiller municipal UDC

18:23 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook | | | |

14 juin 2016

Stéphane Lambiel a toutes les qualités, sauf une : il est suisse !

Recalée. Voilà le sort qui a été réservé par la Ville de Genève à la candidature de Stéphane Lambiel, star suisse du patinage artistique, qui se présentait pour diriger l’école de patinage des Vernets. C’est Vanessa Gusmeroli, triple championne de France, qui est engagée par le service des sports de Sami Kanaan pour fonder une école de patinage.


Avec beaucoup de classe, Stéphane Lambiel et Peter Grütter (entraîneur bien connu dans le milieu du patinage après 40 ans de bons et loyaux services), bien que déçus, ont souhaité plein succès à la nouvelle école. Ils se concentreront sur leur centre d’entraînement de Champéry.

L’affaire en restera-t-elle là ? Rien n’est moins sûr, tant la déception, voire la colère, agite les milieux concernés et ne pourra pas échapper aux conseillers municipaux de la Ville de Genève.

Etes-vous sérieuse Madame Bonvin?

Pourquoi cette question? Parce qu’encore une fois, c’est une personne de nationalité française qui est choisie au détriment d’un Suisse. Ce qui fait beaucoup dans le département de Sami Kanaan, connaissant les turbulences que traverse le petit monde muséographique après l’engagement de plusieurs personnalités d’origine française en lieu et place de candidats suisses.

Parce que l’on en a assez des réponses que nous donne le magistrat socialiste, via sa responsable des services des sports. Restons sur le cas de Stéphane Lambiel, star valaisanne du patinage artistique, formé dès son plus jeune âge par le club des patineurs de Genève. Ainsi, sa candidature n’a pas été retenue par Sybille Bonvin, cheffe du service des sports, parce que Stéphane Lambiel n’aurait pas le diplôme suisse olympique. C’est comme si le club des Eaux-Vives refusait les services de Roger Federer pour manque d'un diplôme de tennis…

Quant à l’affirmation de l’indisponibilité éventuelle de Stéphane Lambiel, elle n’est pas de mise pour Vanessa Gusmeroli qui est le professeur le moins présent aux Vernets et souvent remplacée par ses assistants, dont deux sont français et dont l’un n’est pas diplômé (!). Quel foutoir !

Non, décidément, voilà encore un engagement qui ne passe pas. Les arguments avancés par Mme Bonvin ne convainquent ni les parents des élèves patineurs, ni les professeurs et encore moins les responsables du club des patineurs. Alors que l’on attend de la Ville de Genève qu’elle protège le sport genevois – tout comme la culture genevoise – voilà une nouvelle décision contestable.

16:51 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | |