28 janvier 2009

Mgr Fellay réagit aux propos de Mgr Williamson

(Communiqué de presse de la Fraternité sacerdotale Saint Pie X) Nous avons eu connaissance d’une interview accordée par Monseigneur Richard Williamson, membre de notre Fraternité Saint Pie X, à la télévision suédoise. Dans cette interview, celui-ci s’exprime sur des questions historiques, en particulier sur la question du génocide juif par les national-socialistes.

Lire la suite

17:51 Publié dans Religieux | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

27 janvier 2009

Torpille épiscopale

La très bonne nouvelle d’abord. Benoît XVI a levé les excommunications prononcées contre les quatre évêques de la Fraternité sacerdotale Saint Pie X fondée par feu Mgr Lefebvre. Après avoir affirmé la validité de la messe de St-Pie V (rappelons qu’elle n’a jamais été interdite par le concile Vatican II), le Pape donne aux traditionnalistes un nouveau signe d’ouverture. Nous ne pouvons que le remercier vivement et espérer sans arrière pensée que petit à petit les relations se normalisent entre le Vatican et la Fraternité sacerdotale Saint Pie X, entre les fidèles attachés à la tradition et leur diocèse.

La très mauvaise nouvelle ensuite. Ce sont les déclarations révisionnistes de Mgr Williamson. Elles nous plongent dans l’embarras, nous désolent, nous consternent. Par ces propos, nullement partagés par le clergé et les fidèles, il a véritablement torpillé la décision de Benoît XVI. Une décision difficile à prendre, sans doute combattue dans l’entourage du Pape. Les propos invraisemblables de Mgr Williamson provoquent à présent un mauvais débat, hors du sujet. La presse s’y est engouffrée. La décision pleine de charité de Benoît XVI ainsi que le long combat pour la tradition de la Fraternité sacerdotale de Saint Pie X méritaient infiniment mieux que les gros titres scabreux de la presse.

22:28 Publié dans Religieux | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | |

10 février 2008

A tous les docteurs Dozous


Le 11 février, nous fêterons le 150e anniversaire de la première des 18 apparitions de la Vierge Marie à Lourdes. La Cité des miracles est chère à tous les catholiques mais demeure bien étrange aux yeux de la plupart de nos contemporains.

 

Il en était ainsi du très sceptique docteur Dozous, médecin de Lourdes, qui se rendra à la grotte de Massabielle lors de la sixième apparition (14 février). Il ira, dit-il: -Avec le secret espoir de démolir d’un mot, au nom de la science, tout ce puéril échafaudage de pathologique mysticité.

 

Bernadette Soubirous étant entrée en extase, il s’empare de son poignet et contrôle le pouls. Il le trouve régulier. Rien n’indique la moindre surexcitation nerveuse. De ce jour date le commencement de la conversion du docteur Dozous.

 

Lourdes, ce ne sont pas seulement de nombreuses guérisons physiques mais aussi et surtout d’innombrables guérisons spirituelles. Le cinéaste français, Marcel Carné, pourtant agnostique, l’a fort bien ressenti. Dans le scénario de son film sur Bernadette Soubirous, il a écrit en effet: -Le vrai miracle de Lourdes, ce n’est pas une jambe qui repousse, c’est un cœur qui change et ce miracle-là est quotidien.

 

Sceptiques contemporains: trouvez le temps de prendre le pouls de Bernadette Soubirous !

 

21:48 Publié dans Religieux | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

17 juin 2007

Le clocher et le minaret

En Europe, les églises se vident : de moins en moins de prêtres pour les desservir, de moins en moins de fidèles pour y assister à la messe, de moins en moins de moyens pour les entretenir. Mais les mosquées se multiplient. De plus en plus de musulmans réclament le droit d’ériger un minaret et, pour le muezzin, celui d’appeler à la prière… au nom  de la liberté religieuse.

En Allemagne, devant les protestations des chrétiens, les disciples de Mahomet se disent prêts à renoncer à l’appel du muezzin, à condition que les cloches des églises se taisent… au nom  de l’égalité entre toutes les religions.

Bientôt des clochers muets ! C’est cela  l’ « apostasie silencieuse ». Au nom  de l’œcuménisme et du dialogue interreligieux. - Abbé Alain Lorans

01:32 Publié dans Religieux | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

09 avril 2007

Messe en latin: la TSR rabâche!

Dimanche de Pâques, 8 avril, la TSR nous a livré un reportage sur le prochain motu proprio par lequel Benoît XVI "libéraliserait l'ancienne messe". Cet "éclairage", signé par Valérie Dupond, nous rappelle que la messe en latin, la messe de saint Pie V, est interdite par le Vatican. Voilà un bien vilain mensonge, le jour de Pâques!

 La messe de saint Pie V interdite ? C'est bien ce que les réformateurs veulent faire croire depuis le 3 avril 1969, se référant à la constitution apostolique MISSALE ROMANUM signée par Paul VI. Il a été largement démontré par la suite que cette interdiction est contestable. Eric de Saventem, ancien président d'Una Voce International donnait à ce débat une double conclusion (voir ITINERAIRES, février 1972):

1.- La nouvelle législation liturgique n'abroge pas l'ancienne loi pour la remplacer par une loi nouvelle ;

2.- Cette nouvelle législation ne rend point illégal tout usage de l'ancien rite.

Jean Paul II, en accrodant un motu propio partiel pour l'usage de la messe de saint Pie V, n'a rien fait d'autre que de valider le raisonnement d'Eric de Saventem.

Les épiscopats réformateurs sont arrivés à ce que les ennemis de l'Eglise catholique recherchaient depuis des siècles: "les nouvelles messes sont celles des nouveaux catéchismes. Les nouveaux catéchismes sont ceux de la nouvelle religion" (Jean Madiran, « La messe en question », ITINERAIRES hors série, juin 1976). "Si la nouvelle messe estime inévitable d'interdire l'ancienne, c'est implicitement mais nécessairement, qu'elle la juge étrangère, qu'elle la trouve incompatible, qu'elle y voit l'expression d'une autre religion".



La plupart des épiscopats centre-européens se sont acharnés pour interdire l'ancienne liturgie. Pour s'en convaincre, si besoin est, il n'y a qu'à suivre l'exemple suisse. Mgr Adam, ancien évêque de Sion, rappelait en janvier 1973 qu'il était interdit, sauf indult, de célébrer selon le rite de saint Pie V. Six mois plus tard, ce sera la Conférence épiscopale suisse qui interdira "officiellement" le 4 juillet 1973 la messe "en vertu des décisions de Rome". Sommés de produire les titres, les dates, les termes de ces prétendues décisions, les évêques suisses n'ont pu le faire. Et pour cause.



Depuis, cette stratégie a toujours cours: faire croire que la messe de saint Pie V est interdite. Elle ne l'est pas ! Benoît XVI le sait. Il la "réhabilitera" pour reprendre le terme contestable de la journaliste parce que la messe de saint Pie V est la messe par excellence qui reproduit le mieux le grand drame du Calvaire renouvelé à l'autel pour notre salut et celui du monde entier. Et il en a besoin.



Je prends le pari que lorsque l'ancienne messe sera librement célébrée dans l'Eglise catholique, la messe "interdite" lui apportera à nouveau la ferveur d'antan.

21:25 Publié dans Religieux | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |