Ville de Genève : un premier projet de budget trop doctrinal (31 août 2011)

Priorité aux mesures contre les inégalités sociales. Sandrine Salerno a présenté l'ébauche du budget 2012 équilibré pour la Ville de Genève. Prévoyant des revenus en hausse, la magistrate socialiste s'empresse d'enfourcher son dada : les inégalités sociales. Rien sur l'insécurité, rien sur la crise du logement, rien sur la mobilité. 45 millions supplémentaires seront donc prioritairement alloués aux inégalités sociales. L'aide internationale sera également priorisée pour développer divers projets entre Genève, ville riche mais endettée, et les villes pauvres de la planète.

Question charge de fonctionnement, les dépenses restent en constante augmentation. En douze ans, la Ville de Genève passe ainsi d'un budget de 700 millions à plus de 1 milliard de francs, soit 63% d'augmentation. Malgré cela, l'administration communale augmentera de 47 postes (+5,2 millions).

De manière générale, l'UDC-Ville de Genève constate qu'il y a peu d'efforts sérieux pour réduire le train de vie de l'administration. Au contraire, profitant de revenus fiscaux toujours confortables, le Conseil administratif de la Ville de Genève continue à prendre du poids alors que la population sur cette commune n'a que peu augmenter. Pour l'instant, l'UDC attend que les travaux en commissions commencent et que se dessinent plus clairement les priorités qui seront données à ce budget. Mais l'UDC continue à vouloir mordicus un budget ne dépassant pas le milliard pour la fin de cette législature, soit une diminution pour le budget 2012 d'une trentaine de millions. Sans polémiquer sur les priorités budgétaires de Madame Salerno, on n'y est pas loin. Encore un petit effort que l'actualité économique et monétaire nous forcera peut-être atteindre d'ici la fin de cette année.

 

13:53 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |