Culture ? Une subvention ? Je coupe ! (17 octobre 2011)

Pascal Décaillet a en main le procès-verbal de la commission des arts et de la culture. Quelle poisse ! Je préciserai bien que ce document devrait être confidentiel. Mais à quoi bon... Nous voilà obligé de nous justifier. La gauche rit et la droite s'explique. Ce ne sont pas des coupes. Juste des non-augmentations. Et encore, sur certaines subventions, faut réfléchir... Et le roi du plateau de la Praille d'en rajouter : la guillotine... la main lourde... à coups de hache... Cet acte de barbarie doit être médiatisé : la droite et la droite de la droite refuse cent sous aux miséreux de la culture?

Pour moi, ce n'est pas un problème! J'ai été d'accord pour aligner les subventions sur celles de 2011. Et encore, j'ai trouvé cela bien gentil. Parce que la culture à Genève, elle est en grande partie confisquée par la gauche, pour la gauche. Elle est souvent héraut de laideur et de vulgarité (y compris au Grand Théâtre). La culture à Genève est politiquement très correcte et l'UDC sait de quoi elle parle. Les bourgeois rosissent en gloussant devant ces anars de tous poils (et parfois à poils) mais ils sont incapables de dire non, cela va trop loin. Car il faut l'admettre: la culture à Genève n'est pas pour tous les Genevois. Pas tous y retrouvent leur compte.  Alors oui : j'ai eu beaucoup de plaisir à accepter  toutes les coupes proposées par nos alliés d'un soir. J'ai coupé tout ce qui m'a passé devant le nez. Par prévention. Par avertissement. Par plaisir (ce fut le cas pour le festival international du film sur les droits de l'homme: - 100'000F). Et parfois injustement. Par semonce. Sachant que lorsque j'en saurais plus, peut-être reverrai-je mon opinion. Des subventionnés doivent être auditionnés, la commission des finances du Conseil municipal doit encore valider toutes ces coupes. Ma décision finale me regarde. Puis elle regardera mon groupe. Jusqu'en séances plénières. Parce que les séances plénières sont publiques. D'ici là, je reste sur mes positions, sur celles qui sont indiquées dans un document confidentiel. Que ce soit sur le plateau du terrible Monsieur Décaillet ou sur d'autres scènes... de ménage.

 

21:36 | Lien permanent | Commentaires (18) | |  Facebook | | | |