Sans aide sociale, 56'000 personnes ne survivraient pas à Genève (20 mars 2012)

Elle fait mal la dernière statistique cantonale de l'aide sociale. Ce baromètre de l'aisance financière de la population genevoise relève pour 2010 que 56'000 personnes sont publiquement aidés pour leur permettre de vivre dans notre beau canton. Indépendamment des nombreux services subventionnés par l'Etat ou les communes. Il y a ceux qui reçoivent l'aide sociale, ceux qui perçoivent les prestations complémentaires, ceux qui allègent leur loyer grâce aux allocations de logement (la prestation le plus fréquemment allouées, 22'000 personnes), celles qui demandent des avances de pensions alimentaires et les chômeurs qui restent en rade après avoir épuisés leur fin de droits. 56'000 personnes qui vivent plus ou moins au crochet de l'Etat.

Appartements introuvables, loyers trop chers, salaires insuffisants, trop d'emplois sélectifs et nouvels arrivants trop nombreux rendent les Genevois dépendant de l'aide social et surtout malheureux dans leur propre canton. Une situation qui réclame l'intervention des pouvoirs publics et qui a un prix. Mais qui ne doit pas être acceptée tel quel, sans réaction. Genève a besoin d'un bol d'air frais. Politiquement s'entend.

 

 

11:27 | Lien permanent | Commentaires (17) | |  Facebook | | | |