L'ASIN lance trois référendums contre les accords fiscaux (15 juin 2012)

La décision vient d'être prise : l'ASIN s'oppose par le biais du référendum aux accords fiscaux que la Suisse entend passer avec l'Allemagne, l'Autriche et de la Grande-Bretagne. Des accords aussi incroyables que stupides, imaginés par un Conseil fédéral et un Parlement toujours aussi peu soucieux des intérêts de son pays.

Incroyable parce qu'ils ne respectent ni le secret bancaire que nos lois permettent, ni l'anonymat que les banques ont promis à leurs clients étrangers. Avec ces accords, la Suisse se montre déloyale avec ceux qui avaient confiance dans nos institutions. Avec ces accords, le gouvernement suisse récolte les impôts pour les pays étrangers et, ce faisant, n'hésitent pas à avoir recours au chantage : - tu payes des impôts confiscatoires ou je te dénonce ! Avec ces accords, la Suisse n'est plus un pays indépendant mais un pays renégat.

Ces accords sont aussi stupides, particulièrement celui passé avec Berlin. La gauche de ce pays, majoritaire à la Chambre des Länder, a montré son hostilité vis-à-vis du traité. Les montants réclamés ne sont pas assez importants pour eux (actuellement prévu entre 21 et 41%). Or, si les Suisses acceptent cet accord fiscal et que les Allemands le refusent, ce sont ces derniers qui prendront la main dans les négociations et demanderons encore plus qu'ils ne demandent aujourd'hui. C'est une nouvelle démonstration de la servilité de notre gouvernement et plus particulièrement de la présidente de la Confédération, Mme Widmer-Schlumpf, qui espère que d'autres pays concluront le même type d'accords. La place bancaire suisse doit s'attendre à vivre un avenir pénible qui mettra en péril de nombreux emplois dans ce secteur.

L'ASIN a bien joué. Elle montre qu'elle est la seule association capable de lutter pour une Suisse indépendante et neutre. La récolte de signatures devrait être rapide, particulièrement en Suisse allemande où l'on n'a pas oublié les propos grossiers de l'ancien ministre allemand des Finances Peer Steinbrück (SPD) à l'encontre de notre pays.

 

17:02 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | |