Encore un peu de patience et nous voterons les comptes 2013 (19 mars 2013)

Le budget 2013 qui a été normalement présenté par l'exécutif l'automne dernier et aurait du normalement être voté par des députés en fin d'année 2012, n'est toujours pas adopté. Mi-mars, devant le refus de la majorité du Grand Conseil d’accepter un budget toujours déficitaire, le Conseil d'Etat refuse le troisième débat et séquestre ainsi le budget pour un bon mois. On n'en reparlera en avril.

Le Conseil d'Etat joue un drôle de jeu. D'une part, il refuse d'entendre la majorité du Parlement et de réduire son budget. Il s’engage dans un véritable bras de fer avec la droite (sans le PDC évidemment). De cet affrontement, l'une des deux parties aura raison et l'autre aura tort. Forcément. L'une veut réduire les charges en constante augmentation, maîtriser les dépenses et l'autre estime que cela sera trop dommageable pour la population. En pleine année électorale, c'est l'assurance qu'il y aura des morts. Politiquement s'entend!

D'autre part, en refusant le troisième débat, le Conseil d'Etat joue la montre, espérant ainsi que les derniers résultats fiscaux soient meilleurs que ceux avancés dans le budget. Cette augmentation de recettes diminuerait d'autant le déficit et - peut-être - adoucirait-il le courroux de la droite genevoise et plus particulièrement celui du président du PLR. Mais alors, l'exercice budgétaire est un échec. Les recettes seront plus justes dans leur estimation mais le budget sera menteur puisque le déficit diminue alors que les charges seront toujours aussi importantes. Nous sommes hors du processus budgétaire. A ce rythme, autant attendre les comptes qui, eux, seront exacts...

10:54 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |