500 Vélib’ envahiront la Ville en 2010 (26 mars 2009)

C’est la dernière toquade de l’exécutif de la Ville de Genève en mal de dépenses. Le marché du vélo gratuit sera public ou ne sera pas ! Après sa grotesque proposition d’associer l’attribution du marché de l’affichage sur le domaine public à la livraison de 500 vélos et 40 stations d’accueil, voilà qu’il propose de financer directement ce service. Premier chiffre avancé : 3,7 millions pour un coût d’exploitation de 1,9 million par an. Pendant ce temps, le trafic continue à être perturbé par les multiples travaux en centre ville, les places de stationnement disparaissent, la traversée de la Rade n’est toujours pas au programme et 200 rues devraient être interdites au trafic routier. La mode est à la mobilité douce. De force et aux frais du contribuable. Bien évidemment.


Dans sa plateforme électorale 2005-2009, l’UDC-Genève dénonçait la paralysie du trafic routier à Genève. Et de noter que l’OTC réduit chaque jour la surface utilisable, supprimant de nombreuses places de parc, compliquant à l’extrême la circulation.


En étatisant le vélo, le Conseil administratif de la Ville de Genève continuent sa drôle de guerre contre le transport privé. Et aussi contre le commerce du vélo. Les voies de circulation routière seront encore réduites pour développer des pistes cyclables, les places de parcs seront réquisitionnées pour en faire des stations d’accueil pour Vélib’ et les dépenses seront chaque année en augmentation pour acheter et entretenir les précieuses bicyclettes municipales, icônes modernes à l’usage de vélocipèdes branchés voulant ressembler aux Parisiens.

A remarquer que sur leurs vélos privés, ces mêmes vélocipèdes circulent déjà à Genève comme à Paris…


20:46 | Lien permanent | Commentaires (19) | |  Facebook | | | |