Affiche à Stauffer : le Conseil d’Etat croit esquiver, il ne fait que baisser la garde (03 avril 2009)

Une nouvelle fois, les Stauffériens provoquent la polémique et font frissonner les bons bourgeois, qu’ils soient de gauche ou de droite. En cause, leur affiche de campagne pour le 17 mai, affiche qui présente Charles Beer coiffé d’un bonnet d’âne.

Le Conseil d’Etat est intervenu ce jour en début de séance plénière du Grand Conseil. Il a choisi la voie du léger mépris, du petit scandale qui ne l’atteint pas, de l’ignominie de la démarche qu’il convient simplement de condamner. Il a annoncé qu’il n’interdira pas les affiches et que Charles Beer ne portera pas plainte. Et les députés d’applaudir debout, saisi sur le moment par la mâle réponse de l’exécutif : le beau combat que voilà, gagné aux points à défaut d’avoir été gagné aux poings !

L’idée de faire porter le chapeau au patron du département de l’instruction publique, ou plus exactement le bonnet, pourrait être plaisante – la provocation n’est pas pour me déplaire – et si elle n’était pas gravement attentatoire à la fonction même qu’exerce Charles Beer. Aussi, la molle déclaration du Conseil d’Etat me consterne. Sa décision de n’accorder que peu d’importance à cette nouvelle provocation est dommageable pour l’image du Conseiller d’Etat en charge du DIP, elle affaiblit l’importance de son rôle et par conséquence elle amoindrit son autorité. Il ne faudra pas que Charles Beer se plaigne quand il entendra les élèves l’accueillir en rigolant ou lorsqu’il découvrira son portrait muni de belles oreilles d’âne sur les murs des préaux des écoles.

Dans cette petite affaire, il n’y a pas que Stauffer à mettre au coin.

18:37 | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook | | | |