Chômage atypique (26 avril 2009)

Dans mon dernier blog (22 avril), j’évoquais l’arrêt Horst Miethe. Ce frontalier d’origine allemande, résidant en Belgique, entendait obstinément percevoir le chômage en Allemagne, lieu de son emploi. La Cours de justice des communautés européennes lui avait donné raison. Et de m’interroger. N’y a-t-il pas un risque que nos frontaliers s’appuient sur l’arrêt Miethe pour toucher les allocations suisses mais aussi bénéficier des services des ORP pour retrouver un emploi à Genève ?

Le lendemain, j’ai donc posé la question à François Longchamp. Sa réponse a été très claire : il n’y a aucun frontalier, même Suisse, qui perçoit le chômage à Genève. Quant à l’arrêt Miethe, il n’y a aucune revendication de ce type du côté des frontaliers.
Toute crainte d’afflux de chômeurs frontaliers est donc, pour le moment, sans fondement. Mais le chômage frontalier n’est pas pour autant à ignorer.

Vingt-quatre heures plus tard, un article paraît dans notre bonne Tribune. Il nous apprend que «Crise oblige, Genève se déleste de ses frontaliers». Les difficultés présentes ne pénalisent pas seulement les résidants genevois, elles touchent aussi les frontaliers. Et dans des proportions plutôt élevées par rapport aux Genevois (au sens très large du terme). Par exemple, 1’654 formulaires français d’indemnité chômage ont été délivrés à fin mars 2009.

Or, ces frontaliers chômeurs n’apparaissent pas dans les statistiques genevoises. C’est bien curieux. D’autant plus curieux que les chiffres officiels du taux de chômage genevois (6,5%) sont déjà très élevés par rapport au taux suisse (3,4%). Additionné aux frontaliers chômeurs, quel taux de chômage atteignons-nous? Un chiffre très élevé. Au seuil de la crise économique. Qu’en est-il exactement de la situation à Genève alors que les Conseillers d’Etat de l’Entente en charge de l’économie (M. Unger) et de l’emploi (M. Longchamp) nous tiennent un discours rassurant sur les nouvelles places de travail créées (pour qui ?) et sur les résultats positifs qui ont suivi la nouvelle loi sur le chômage votée fin 2007?

Une interpellation urgente écrite sera prochainement déposée.

17:10 | Lien permanent | Commentaires (19) | |  Facebook | | | |