Affaire Maudet, ça sent le burnout politique (18 janvier 2019)

On reste étourdi, presqu'assomé, devant la tournure que prend au fil des mois l'affaire Maudet. Une chose est sûr, les citoyens sont captifs des caprices du magistrat PLR dont il n'est pas inutile de rappeler que son parti, même divisé, lui accorde sa confiance. Sept Conseillers d'Etat sont en charge de la bonne marche de la République. L'un d'eux est inculpé, et pas le moindre puisqu'il dirige le département de la sécurité qui regroupe entre autre la police et l’Office de la détention qui travaillent directement avec le Procureur général chargé d'instruire son dossier.

Une réorganisation peu sérieuse est envisagée l'automne passé. L'on voudrait nous faire croire qu'à six magistrats, tout va bien se passer. C'est une bonne blague que ce discours officiel. Il suffit de parler avec l'un ou l'autre magistrat pour l'entendre avouer qu'il est en réalité surchargé et accaparé par les retombées inévitables de l'affaire Maudet, une véritable affaire d'Etat. Qui donc aura le courage de crever l’abcès ? On espérait que cela aurait pu venir de son propre parti. Peine perdue. Des autorités genevoises elle-même ? Elles semblent tétanisées par leur collègue. Par les autorités fédérales qui susurrent aux oreilles des journalistes ? Pas plus.

C'est finalement le Procureur général qui bouscule l'inertie de notre gouvernement en mettant les points sur les "i". Il faut le remercier. La réorganisation du Conseil d'Etat n'est pas pertinente et l’embarrasse au quotidien dans ses relations avec l'exécutif. Son travail s'en trouve compliqué. Le débat sur la séparation des pouvoirs n'est pas de mise à ce niveau et Olivier Jornot a parfaitement raison de se prononcer sur les performances de l'exécutif. Une nouvelle organisation sera donc décidée. Pierre Maudet sera t'il mis totalement sur la touche? Va t'il falloir que les citoyens prennent eux-même en main cette sale affaire, ce que les élus ne peuvent assurer : la bonne marche de nos institutions? Des gilets jaunes et rouge devront-ils manifester devant l'Hôtel de Ville pour dire leur soutien et leur attachement aux Institutions, si malmenées par un seul homme et des élus si peu concernés ?

12:09 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook | | | |