Julian Assange : la Suisse peut mieux faire (04 février 2019)

C’est d’abord le cri d’alarme d’une maman, Christine, dont le fils, Julian Assange, s’abîme dans l‘enfer d’une pièce de quelques mètres carrés, dépourvue de lumière, reclus dans l’ambassade de l’Equateur, à Londres. Depuis 2012, ce dernier n’ose pas quitter cette «prison moderne» pour prisonniers politiques. Les Britanniques l’attendent jour et nuit, dans le couloir, pour le remettre aux Américains qui lui vouent une haine sans pitié, qu’ils soient républicains ou démocrates, allant jusqu’à souhaiter qu’il soit abattu. Ce cri, je l'ai entendu. Il me force à sortir de ma réserve.

C'est ensuite Julian Assange lui-même, ce lanceur d’alerte. Il a publié des masses d’informations à caractère officiel sur son site mondialement connu, WikiLeaks («leaks» signifie «fuites» en anglais). On pense notamment aux courriels envoyés et reçus sur le serveur personnel d’Hilary Clinton lorsqu'elle était Secrétaire d'État. A la grande fureur des gouvernements américains, de quelque couleur politique que ce soit. Donald Trump a déclaré que son arrestation était une priorité, souhaitant avec sa délicatesse habituelle « qu’il soit exécuté ». Les pressions sont terribles soit sur les Britanniques, soit sur les Équatoriens. Et même sur les autorités suisses, l’affaire Postfinance restant en travers de la gorge de nombreux Suisses qui ont bien compris la soumission de nos élus à la vindicte américaine.

Que l’on soit pour ou contre, que l’on considère Julian Assange comme un héros ou un traître voire un espion, il est pour moi évident qu’il est un fervent défenseur des droits de l’homme telle que la Suisse le conçoit. Et puis il y a aussi la Ville de Genève qui s’est déclarée « capitale de la paix et des droits humains » et qui a reçu récemment Mme Bachelet, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme. D'où ma demande déposée sur le bureau du Conseil municipal.

Sans parler de la notion d’Etat de droit, largement bafouée par les USA dans cette affaire. Voici quelques jours, une juge américaine a refusé de dévoiler les chefs d'accusation retenus contre le fondateur de WikiLeaks qui a publié en 2010 de nombreux documents confidentiels américains concernant des crimes de guerre, de nombreux coups d’Etat et autres intrigues.

Le conseiller national UDC Jean-Luc Addor a demandé au Conseil fédéral que l’on accorde le droit d’asile à Julian Assange (Interpellation 16.4161 du 17 mars 2017). La réponse de nos autorités peut se résumer en une phrase : Julian Assange n’est pas le bienvenu en Suisse.

Nous prenons acte de l’embarras du Conseil fédéral. Mais il lui reste la possibilité de proposer ses bons offices et entreprendre toutes les démarches nécessaires à la sauvegarde de la vie et de l’intégrité corporelle de M. Julian Assange. C’est ce que demande ma résolution que je dépose aujourd'hui.

Pour sauver l’honneur de ces zélateurs des droits de l’homme.

07:36 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |