Sécurité : qui peut la rétablir ? (13 août 2009)

Certainement pas un socialiste ! L’expérience vécue ces quatre dernières années a refroidi plus d’un Genevois. Rappelez-vous. Début de législature : la première action concrète de M. Moutinot fut de débaptiser le département de Justice et Police. Il devint celui des Institutions. Le socialiste ne voulait pas être le patron de la Justice et de la police. Et il ne l’a pas été. La nouvelle loi sur la mendicité déposée par Yves Nidegger et adoptée par le Parlement n’a jamais été appliquée. Les requérants d’asile dont la demande a été refusée se promènent librement dans notre canton alors qu’ils devraient quitter Genève, au mieux ils devraient rester dans l’enceinte aéroportuaire. Les habitants d’un quartier (les Pâquis) se sont mobilisés pour que la police intervienne. L’agression d’un touriste saoudien a jeté une lumière particulièrement crue sur le prix économique de l’insécurité à Genève. A l’heure du bilan, les résultats sont pitoyables.

Les Genevois pourront-ils supporter davantage de laxisme en matière d’insécurité ? Le risque est grand qu’ils finissent par assumer eux-mêmes leur propre sécurité.

Assumer sa propre sécurité ? Nous en sommes déjà à mi-chemin : les particuliers comme les entreprises ont toujours plus recours à des professionnels de la sécurité (1). Une sécurité que la police genevoise, la justice et le service pénitentiaire ne sont plus en mesure d’assumer, par manque d’effectif et de moyens, et plus encore par manque de volonté politique.

Cet automne, les élections au Grand Conseil et au Conseil d’Etat auront une importance toute particulière pour la sécurité de notre canton. Je ne vois que deux partis possédant la volonté politique nécessaire pour redresser une situation devenue désespérante : l’UDC et le parti libéral. Pas l’un ou l’autre : l’un et l’autre ! Je ne vois que deux hommes capables de remettre de l’ordre au Conseil d’Etat : Yves Nidegger et Olivier Jornot. Pas l’un ou l’autre, l’un et l’autre !

----------------------
(1) La même démarche est faites par les parents qui inscrivent leurs enfants dans les écoles privées, tant la qualité de l’enseignement public est médiocre. Encore un département en main socialiste…

17:02 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | | |