Pour une démocratie alpine (27 août 2010)

Exporter la démocratie directe? Une idée farfelue (le "Grand 8" de la rsr). Mais ce matin, au fil du débat radiophonique, les avis se font fait moins sarcastiques.  Le récent sondage de la Weltwoche sur le rattachement de régions frontalières à la Suisse n'a-t-il pas démontré que pour une majorité de nos voisins l'idée était séduisante. Ce n'était là qu'un sondage. Avec toutes les réserves habituelles et même plus puisqu'il n'était posé qu'une question, sans autre présentation du sujet. Oui ou non.

En déposant une résolution demandant à l'assemblée fédérale de revoir le cadre constitutionnel et légal pour permettre aux régions limitrophes de rejoindre la Suisse, les députés genevois de l'UDC s'associent à la demande du conseiller national Dominique Baettig. Ils proposent une autre voie que celle de l'adhésion, une voie qui a déjà fait ses preuves. La Tribune en parle dans un article mis en ligne aujourd'hui. Les très nombreux commentaires qui ont suivi démontrent que pour la plupart des internautes le sujet n'est encore abordé que par le petit bout de la lorgnette. J'aime ou je n'aime pas.

Qu'en sera-t-il lorsque le sujet sera expliqué, débattu ? Que tous les avantages, pour les uns et les autres, seront présentés ? Le régionalisme est une évidence, comme l'est l'informatique aujourd'hui. Avec ses détracteurs du premier jour qui seront autant d'utilisateurs les jours suivants. Le régionalisme, c'est demain. La question sera: avec ou sans démocratie directe? A l'analyse du fameux sondage de la Weltwoche, l'on s'aperçoit que les jeunes sont les plus ouverts à un avenir suisse (90%). Pas pour le fric ! Pour la démocratie directe. Ils en ont tous assez d'être captifs de leurs élus. De la fermer. De choisir blanc bonnet ou bonnet blanc pour les gouverner. De refuser la constitution européenne pour que leurs représentants passent par-dessus leur vote. Ils ont soif de s'exprimer, d'accepter ou refuser les minarets ou les impôts. Alors plutôt Suisse qu'européen ? Ce débat est d'ores et déjà inscrit dans l'histoire du XXIe siècle.

Enfin, une précision importante : l'adhésion de nouveaux cantons à la Suisse ne pourrait se faire sans l'aval du peuple et des cantons.

 

 

22:01 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |