La démarche illégitime de Sandrine Salerno (24 mars 2011)

cartouche.bulletin.de.vote2.jpgLa présentation des comptes de la Ville de Genève a été l'occasion pour la responsable des finances communales de justifier sa répulsion à toute diminution d'impôt. Selon la magistrate socialiste, le boni de 81 millions aurait dû être supérieur et même égaler celui de l'année précédente. Sauf qu'elle oublie un peu facilement que cette baisse de bénéfices (heureux Genevois!) est essentiellement due aux premiers effets de la crise qui se font sentir fiscalement avec deux ans de retard. Mais l'honnêteté ne l'a jamais étranglée. Rappelez-vous sa campagne scandaleuse contre la baisse de l'impôt proposée au peuple le 27 septembre 2009. Prise de position dans le bulletin officiel des votations, tous-ménages, autocollants sur les bâtiments publics, publicité dans la presse et sur les camions de la Voirie: Sandrine Salerno et ses collègues de gauche n'y avaient pas été de main morte, engageant au passage tout l'Exécutif et bien évidemment sans en référer au Conseil municipal. Coût de l'opération : 70'000 francs. Réglés par le citoyen. Et Mme Salerno d'y voir une « démarche légitime ».

En fait de légitimité, c'est de manipulation des citoyens, de propagande éhontée qu'il fallait parler. Sandrine Salerno est intervenue dans une campagne de votations et a tenté au moyen d'une propagande unilatérale d'inciter les citoyens à refuser un objet qui leur a été proposé. Avec de l'argent publique. Ce qui est totalement illégale. Voici quelques années, le Tribunal fédéral a fait voter une seconde fois les citoyens dont l'Exécutif communal était intervenu durant la campagne de votation (Laufon). Dans le cas qui nous occupe, seul le résultat positif de cette votation a empêché plus d'un citoyen de déposer un recours en matière de votation.

Ce que l'UDC constate à la lecture des comptes 2010, c'est qu'après une diminution de la charge fiscale, les finances de la Ville sont encore dans les chiffres noirs. L'économie et les citoyens paient encore trop d'impôts. Il y a donc encore quelque effort à faire pour aider un Exécutif toujours aussi dépensier. Diminuons l'impôt communal et votons pour un UDC au Conseil administratif de la Ville de Genève. Qui lui, respectera les lois!


 

09:12 | Lien permanent | Commentaires (15) | |  Facebook | | | |