Politique - Page 6

  • Politique: d'abord du courage !

    Imprimer

    S’exprimant, voici quelques mois, devant les ambassadeurs des États membres de l’Union européenne, Nicolas Hayek, le président du groupe Swatch, a mis en évidence le déficit démocratique de l’Union européenne et son absence d’attractivité économique comparativement à la Confédération helvétique. Nous reproduisons l’intégralité de ce point de vue rafraichissant, peut-être un peu idyllique, qui ramène le « modèle européen » à ses justes proportions.

    Mais la clairvoyance de l’industriel va bien plus loin que la simple et honnête explication du refus de la Suisse à l’UE. Elle se fait ambassadeur de la majorité de citoyens qui ont dit refusé l'adhésion tant espérée par les autorités politiques du moment. Et qui a besoin que des personnalités connues les défendent, disent ce qu’ils pensent et qu’ils le disent bien. C’est ce qu’à fait M. Hayek.

    Dans un tout ordre d’idée, la détention de nos deux ressortissants en Lybie a montré les limites de Madame Calmy-Rey, de ses services et de ceux de Jean Ziegler, alors que d’autres nations n’ont pas tardées à réagir vivement et à rapatrier leur concitoyens emprisonnés, pour la plupart, dans des pays islamiques.

    Cela m’amène à une réflexion de Gonzague de Reynald relue récemment et que je trouve terriblement d’actualité : S’il est un pays qui, dans tous les domaines, a besoin de la qualité pour soutenir la concurrence, c’est le nôtre. Une douzaine d’écrivains, d’artistes, de savants – alors de premier ordre – sont plus capables de maintenir la Suisse à la tête de la civilisation, d’affirmer son originalité, sa raison d’être, que tous nos maîtres d’école rangés en bataille, renforcés de tous nos diplômes, de tous nos spécialistes, de toute nos sociétés savantes, artistiques ou littéraires, de tous nos amateurs. Avec une somme infinie de médiocrités, on ne fera jamais le contrepoids du génie, même du talent véritable.

    Nous avons trouvé en Christoph Blocher un politicien d'une très grande envergure. Il aurait été l’homme de la situation face aux attaques des Anglo-américains contre notre secret bancaire. Il y a Ueli Windisch qui s’est exprimé librement dans un milieu universitaire qui s’est montré bien provinciale. Il y a Nicolas Hayek qui, par son franc-parlé, nous apporte un peu d'air frais, habitués que nous sommes à respirer des masses d'air pollué politiquement.

    Allez, courage ! Encore quelques patrons, des vrais, pour arriver à douze !

    bandeau-gc09.jpg

    Lien permanent Catégories : Politique 3 commentaires
  • Affiches de la SGA : Ali sort Heidi

    Imprimer

    C’est la crise, même pour la SGA. Et de profiter du creux de l’été pour faire sa propre publicité. L’occasion aurait pu être belle pour lier sa campagne d’affiches avec celle d’un produit typiquement suisse. En période de crise, voilà qui n’aurait pas été malvenue. Le fromage, le tourisme, l’horlogerie, Heidi ou Guillaume Tell, que sais-je ? Ou même la défense du secret bancaire, pourquoi pas ! Ce ne sont pas les publicitaires qui auraient été en mal d’inspiration pour donner un aspect provocateur à pareille campagne et attirer l’attention de la presse. Non, la SGA a préféré afficher la bouille d’Ali Kebap! Et en anglais dans le texte, merci pour nos quatre langues nationales. Le marketing a parlé, l’étude de marché a triomphé, bienvenu Ali, adieu Heidi !


    Finalement, la SGA nous aide à comprendre l’immédiateté et l’importance de la présence musulmane. Notre société se conjugue déjà aujourd’hui au présent du kebab. Sans que les Suisses ne trouvent rien à redire. L’été prochain, la SGA nous fera peut-être découvrir la femme d’Ali, voilée de la tête au pied…

    gc09.jpg

    Lien permanent Catégories : Politique 2 commentaires
  • Votations de septembre : La Foire à Genève avant l’heure ! (1)

    Imprimer

    Rez-de-chaussée, élections fédérales. Le visiteur trouve sans le chercher le grand stand des socialistes. Il est près de l’entrée, juste après la loterie à numéro. Il est décoré avec de grandes pancartes. Il y a  un long message écrit en grosses lettres noires et rouges. Ca commence par : camarade et ça finit par solidarité. Son truc : la hausse de la TVA. Incroyable : pour quelques milliards, vous comblerez le trou de l’assurance invalidité, sans rien changer dans son fonctionnement déficitaire!
    - Ouais m’sieur, ouais m’dame. Suivez mon raisonnement, pas le vôtre ! Moi, j’suis un pro, c’est vous dire. L’AI est en déficit. Alors, hop, on augmente la TVA. De presque rien, de 0,4%. Vous ne le sentirez même pas passer et chaque année, 1,5 milliard tomberont dans la caisse. Comme ça, bourgeois ou ouvriers, tous versent leur obole. Parce que pour le social, bin on donne jamais assez !

    Juste à coté, un autre grand stand organisé par les  milieux libéraux. Avec de grandes affiches très classes, éclairées doucement par des projecteurs. Ce qui surprend, c’est que c’est le même truc, mais dit différemment : Protéger l'AVS - Assainir l'AI!
    - Chère Madame, cher Monsieur. Arrêtez-vous un instant. Voulez-vous boire un café ? Un sucre ? Deux ? Vous rendez-vous compte de la situation désastreuse de l’AI ? Il faut faire quelque chose. Nous proposons, outre l’augmentation de la TVA de créer un nouveau fonds de compensation. Merveilleuse idée, non ? Comment ? Avec quel argent ? Eh bien, rien de plus simple. Nous piquerons 5 milliards dans le fond AVS. Vous savez comment c’est en politique, ça passe d’un fonds à l’autre.
    - Hmmm…Et quand l’AVS ira mal ? Et bien nous piquerons quelques milliards au fonds de compensation de l’AI pour le verser à l’AVS. Mais oui, il se portera alors beaucoup mieux. Croyez-moi…

    Encore quelques stands, plus petits, toujours pour le même truc. Ils sont démocrates-sociaux ou libéro-radicaux.
    - Hé m’sieur, hé m’dame ! Les jeunes chrétiens-sociaux vous offre un préservatif et une photo de Christoph Darbellay…
    - Signez notre pétition pour que Pascal Couchepin reste une année encore au Conseil fédéral…
    - Môsieur le directeur, cher collègue. Je ne vous avais pas reconnu. Inutile de vous faire la réclame, vous savez quoi voter. Tenez, je vous offre une photo de Martine Brunchwig-Graf, elle est notre candidate pour le Conseil fédéral. Ah bon, vous aimeriez mieux celle de Christian Luscher…

    Enfin, le dernier stand, avant d’aller voir le coin des votations cantonales. Un peu comme le village d’Astérix le gaulois qui résiste vaillamment aux armées d’occupation. Des affiches avec un seul slogan : Amputer l'AVS – augmenter les impôts? NON!
    - Alors té zigue, tu vas pas te faire avoir…

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire
  • Pâquis: la répétition générale à Athènes ?

    Imprimer

    Dans un quartier d’Athènes, un groupe de crânes rasés exhibant des symboles nazis ont décidé de déloger 500 immigrés illégaux de leur squat. Qui, à leur tour, se sont défendus à coups de pierres. Rejoints par des groupuscules d’extrême gauche et des ONG favorables à l’immigration massive. La police grecque a essayé d’éviter le pire. Et le pire ne faisait que commencer. Alors occupée à séparer les potes de tout bord, elle s’est faite attaquée à son tour par des anarchistes.

    Mais ce n’est pas tout. Les habitants du quartier, excédés par la présence importante des immigrés, sont descendus dans la rue et ont donné un coup de main aux néonazis.

    Que des néonazis s’en prennent à des immigrés, eux-mêmes défendus par des gauchistes, il n’y a rien d’étonnant. Que des habitants d’un quartier participent aux échauffourées pour s’en prendre aux immigrés, c’est déjà plus surprenant. Cela en dit assez long sur le ras-le-bol de la population grecque. C’est une première en Europe.

    Un ras-le-bol que les habitants des Pâquis ne doivent pas être loin de partager avec leurs lointains voisins européens. On ne peut pas éviter de songer aux derniers événements survenus aux Pâquis. Dans ce quartier, la présence de dealers, pour la plupart tricheurs d’asile et se livrant en toute impunité une guerre des gangs sous les fenêtres des habitants, a révélé que les limites de l’acceptable était largement dépassées. Ce ne sont pas les mâles gesticulations de la police genevoise suivies de la rapide remise en liberté de la centaine de dealers arrêtés qui ont rassuré les Pâquisards. MM. Moutinot et Zappelli devront, en matière de descente de police, rapidement faire mieux. Avant que la prochaine descente ne se fasse aux flambeaux …

    Lien permanent Catégories : Politique 8 commentaires
  • Pâquis : Un pétard dans un champ d’étourneaux

    Imprimer

    Pour la troisième fois cette semaine, la police est intervenue dans le quartier des Pâquis. Pour la troisième fois, plusieurs dizaines de délinquants ont été contrôlés voire pour quelques uns embastillés. Puis relâchés quelques heures plus tard. Ces actions font sans doute d’excellents articles de journaux. Elles ne règlent pas la présence indésirable des demandeurs d’asile déboutés et autres illégaux à Genève. Demain, ils seront à nouveau sur les trottoirs des Pâquis.

    Lien permanent Catégories : Politique 19 commentaires